A l'affiche

L’abbaye de Cluny fait peau neuve

10 septembre 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Pour son 1100ème anniversaire, l’abbaye va pouvoir s’offrir un petit ravalement de façade. L’une des plus grandes églises de la chrétienté bénéficie pour l’occasion d’une restauration où chaque recoin va pouvoir prendre un coup de jeune. Ce week-end, l’abbaye fête son vénérable anniversaire au sein de la Saône et Loire.

Jusqu’à la construction de la basilique Saint-Pierre de Rome, la bâtisse de Cluny fut la plus grande église que pouvait à l’époque compter la Chrétienté, avec  ses 187 mètres de long. Pendant la Révolution française de 1789, l’édifice religieux fut la cible des pillards et fut en partie détruite. Au fil des ans, se sont greffés les Haras nationaux et l’école nationale supérieure des arts et métiers (ESAM). Le maire de Cluny et anciennement directeur de l’ESAM, Jean-Luc Delpech argumente que « Cluny avait besoin d’une rénovation depuis longtemps. Pendant de nombreuses années, les différents acteurs se sont regardés en chiens de faïence. Puis, il y a eu un tournant, une prise de conscience au début des années 2000 ».

Les premiers aménagements de restauration annoncés par le « Contrat de projet 2007/2013 » ont été menés à bien avec l’assistance du Centre des monuments nationaux, de l’Etat, des dons, de l’Union européenne et des collectivités locales représentant au total 23 millions d’euros. Pour fêter l’évènement, il est prévu ce week-end notamment un spectacle équestre orchestré par Mario Lurashi ainsi que la projection du film « Maior Ecclesia » reproduisant l’hymne européen en chants et en images.

Comme l’explique François-Xavier Verger, administrateur du lieu : « Les gens qui viennent à Cluny cherchent une église et, ne la voyant pas, sont souvent déçus. Notre mission c’était de construire un monument, en restaurant les vestiges, en dégageant les perspectives ». Plutôt dispersé géographiquement, les bâtiments ont été reliés par des chemins pour que les visiteurs se sentent à nouveau dans un espace religieux. Pour l’architecte des Monuments historiques, Frédéric Didier, « L’essentiel a été fait, même s’il reste des travaux. Le but était d’insuffler une dynamique et de développer la fréquentation du site pour que l’on investisse ».

En 2007, grâce a ses 100 000 visiteurs annuels, l’abbaye de Cluny a été ajoutée à la liste des monuments du patrimoine européen. M Dider indique aussi que  « Depuis juillet, on est déjà à 40% en plus ».

 

Ces amours là, le florilège Lelouch
Ouverture du Studio 13-16 du Centre Pompidou
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *