Cinema

[Cannes] « Victoria », une folie très juste pour ouvrir la Semaine de la Critique

[Cannes] « Victoria », une folie très juste pour ouvrir la Semaine de la Critique

13 mai 2016 | PAR Geoffrey Nabavian

Réaliste et décalé juste ce qu’il faut, le deuxième film de Justine Triet sait nous transmettre sans problème sa folie.

[rating=4]

Victoria CannesVictoria, c’est une galerie de personnages délirants, la plupart quarantenaires, tous immatures. Il y a Vincent (Melvil Poupaud, dans un beau numéro de maudit), homme impulsif accusé d’avoir blessé sa compagne avec un couteau lors d’un mariage. Il y a David (le grand Laurent Poitrenaud), écrivain marginal résolu à révéler tous les détails de sa dernière relation en date. Il y a la Victoria du titre (Virginie Efira), qui fut la compagne en question de David, et doit désormais défendre Vincent à son procès. Et il y a l’un de ses précédents clients, le mystérieux Samuel, dealer rangé joué par Vincent Lacoste, qui va bientôt s’installer chez elle, pour garder ses deux filles…

Justine Triet (La Bataille de Solférino), par sa mise en scène discrètement décalée, sait inscrire cette troupe de gens bizarres dans un univers fort : on aime, par exemple, le décor de tribunal ultramoderne qu’elle nous propose ; ou l’avancée du procès, de plus en plus absurde. On remarque aussi l’art qu’elle a de doser la durée : au cours de ses aventures, Victoria reçoit notamment chez elle des hommes, rencontrés via Internet. Les échanges sont cocasses, les acteurs, excellents, et la réalisatrice sait donner à ces moments comiques un format de scène de cinéma.

Si, au final, Victoria raconte tout simplement la naissance d’un sentiment amoureux, et si l’aspect haché peut faire craindre la succession de sketches, on se trouve, en fin de compte, face à un film tenu et très cohérent, où le côté décalé reste juste, car destiné à servir une vision du monde. Pas si fréquent.

Visuel : © Audoin Desforges

[Cannes 2016, Quinzaine] « Fai bei sogni » de Marco Bellocchio, vivre avec les morts
[Cannes] « Clash » : l’Egypte, le bruit et la fureur pour ouvrir le Certain regard
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *