Cinema

Cannes, jour 11 : Les adieux à la première séance, un « Petit Prince » radieux et un film grave en clôture

Cannes, jour 11 : Les adieux à la première séance, un « Petit Prince » radieux et un film grave en clôture

24 mai 2015 | PAR La Rédaction

Dernier jour de compétition et toujours autant de soleil sur la croisette. Le dernier film en lice pour la palme était aussi très attendu puisqu’il mettait face à face Michael Fassbender et Marion Cotillard.

C’est donc sur une adaptation massive et très visuelle de Macbeth par Justin Kurzel que nous avons entamé cette dernière journée. Au rendez-vous : une vraie proposition de mise en scène, mais pas de lecture contemporaine de la pièce de Shakespeare. Même si Fassbender s’en sort bien, le résultat est assez lourd et Marion Cotillard, très concentrée sur son accent écossais de Lady Macbeth, tire des tronches qui lui vaudront bien quelques moqueries via Tumblr…

Nos réactions à chaud et en mode « Tournez manège » ci-dessous :

Aujourd’hui, la presse pouvait voir en amont le film de clôture: Ice and the Sky de Luc Jacquet, qui à l’orée de la COP 21 (conférence sur le climat qui doit se tenir en décembre à Paris) aborde la question du réchauffement climatique. Nous n’avons malheureusement pas pu le voir.

Pour retrouver le Palmarès de la sélection un Certain regard, c’est ici.

Et n’hésitez pas à vous repasser notre interview de Grimur Hakonarson, le réalisateur de Béliers, qui a eu le prix Un certain regard.

Enfin, la Queer palm a aussi rendu son verdict, ce samedi 23 mai qui est allée sans grande surprise à Carol de Todd Haynes mettant en scène Cate Blanchett dans le rôle d’une mad Woman des années 1950 tentant de poursuivre sa voie et son désir pour les femmes. Et pour une jeune rencontre en particulier, incarnée par Rooney Mara. Notre critique. 

La Queer Palm du court métrage a récompensé le film chilien « Locas Perdidas » de Juricic Merillan.
Enfin, la présidente du jury, Desiree Akhavan a souhaité donner une mention spéciale au film de Yorgos Lanthimos, The Lobster, Même si le film ne met pas en scène un ou plusieurs couple gays, la manière dont il met en question les normes de nos société sur le désir et le couple sont très importantes et engagées… (Voir notre article)

Retrouvez tous nos articles sur le 68ème festival de Cannes dans notre dossier Cannes 2015.

visuel : (c) Studiocanal

Le pressionnisme à la Pinacothèque de Paris, digne réhabilitation du graffiti sur toile
[Compétition] « Chronic », lassante histoire sans espoir
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *