Cinema
Cannes, compétition : Valeria Bruni Tedeschi bâtit des châteaux émouvants sur la Croisette

Cannes, compétition : Valeria Bruni Tedeschi bâtit des châteaux émouvants sur la Croisette

21 mai 2013 | PAR Yaël Hirsch

La réalisatrice d' »Il est plus facile pour un chameau » (2002) poursuit son cinéma personnel. Seule femme derrière la caméra en compétition officielle, Valeria Bruni-Tedeschi a de la suite dans les idées pour son troisième long métrage qui continue sur le mode de l’autofiction douce-amère. Avec une mise en scène de mieux en mieux maîtrisée . Le film touche juste.

Alors que son frère est très malade et que les revers de fortune poussent sa famille à vendre le château familial, Louise, 43 ans, ex-actrice, célibataire et sans enfant rencontre au milieu des bois Nathan (Louis Garrel). Il est bien plus jeune qu’elle et il est capable de la draguer en l’attendant devant chez elle devant son domicile du 7ème arrondissement. Malgré les différences d’âge, de milieu et de projets, ce nouvel amour est aussi un nouveau souffle pour celle qui s ‘appelle elle-même une « dame » et qui est à un moment tournant de sa vie.

Poétique, tendre et plein de petites grâces, « Un château en Italie » mêle la chaleur d’une comédie familiale italienne à l’humour décalé d’un bon film français. Egale à elle-même et se bonifiant avec les années dans la double voie qu’elle s’est tracée : actrice et réalisatrice, Valeria Bruni-Tedeschi pourrait bien, l’air de rien, être en train de réaliser une véritable œuvre. N’en déplaise aux mauvaises langues du festival qui se demandaient ce qu’un film « léger » comme celui de la cinéaste franco-italienne faisait en compétition, le résultat est travaillé, beau et touchant. Pourquoi passerait-on ses caprices de « petite fille riche » à Sofia Coppola et n’accepterait-on pas que malgré (et peut-être grâce) à son château en Italie et un fiancé jeune et beau, Valeria Bruni-Tedeschi n’a rien de profond à nous montrer ? Le film est par ailleurs porté par une série d’acteurs tout à fait excellents, à commencer par la réalisatrice, radieuse, et aux rangs desquels Céline Sallette et Xavier Beauvois, formidables.

« Un château en Italie », de avec Valeria Bruni Tedeschi, Louis Garrel, Filippo Timi et Marisa Borini, France, 2013, 1h44, Ad Vitam. En compétition. Sortie le 2 octobre 2013.

©-Guy-Ferrandis-SBS-Productions

http://www.canalplus.fr/c-cinema/c-festival-de-cannes/pid4384-les-videos-de-cannes.html?vid=870437

« Live It Up » : le nouveau clip de J-Lo, en featuring avec Pitbull
Les salauds, Claire Denis nébuleuse pour la sélection cannoise d' »Un certain regard »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Cannes, compétition : Valeria Bruni Tedeschi bâtit des châteaux émouvants sur la Croisette”

Commentaire(s)

  • j’aime bien cette actrice je ne l’a connais pas encore comme réalisatrice, espérons qu’elle aura un bon résultat au final

    mai 22, 2013 at 13 h 51 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *