Cinema
Cannes 2021, Semaine : La femme du fossoyeur de Khadar Ayderus Ahmed

Cannes 2021, Semaine : La femme du fossoyeur de Khadar Ayderus Ahmed

08 juillet 2021 | PAR Sarah Dray

Mercredi 7 juillet, la femme du fossoyeur était le premier film présenté à la 60Semaine de la critique. Réalisée par Khadar Ayderus Ahmed, cette histoire d’amour profonde et épique nous entraîne dans les magnifiques contrées de Djibouti.  

Guled et Nasra sont un couple amoureux, vivant dans les quartiers pauvres de Djibouti avec leur fils Mahad. Cependant, l’équilibre de leur famille est menacé : Nasra souffre d’une grave maladie rénale et doit se faire opérer d’urgence. L’opération coûte cher et Guled trime déjà comme fossoyeur pour joindre les deux bouts : comment réunir l’argent pour sauver Nasra et garder une famille unie ?

La femme du fossoyeur nous met face à une histoire d’amour comme il en existe peu, une de celle où « on est plus fort ensemble, où on est prêt à aller jusqu’au sacrifice », comme le dit si bien Charles Tesson, le délégué général de la Semaine de la critique.

Le premier film de Khadar Ayderus Ahmed, projeté à la Semaine de la critique, en sa présence et celle des deux acteurs principaux, a touché par sa poésie et sa dignité. Malgré tous les problèmes que Guled et Nasra peuvent traverser, ils restent unis et doux l’un envers l’autre. Jamais nous n’y voyons de colère ou de résignation. 

Si la beauté de cette histoire d’amour nous touche particulièrement, nous sommes également transportés par les décors désertiques et envoûtants. Cette région du monde est rarement montrée au cinéma, et cette rareté ne la rend que plus belle.

Soulignons également la superbe interprétation d’Omar Abdi et de Yasmin Warsame qui portent leurs personnages avec beaucoup d’émotion et de simplicité.

Khadar Ayderus Ahmed, très fier et très ému de présenter son film au public cannois, repart avec le plein d’applaudissements et d’encouragements. Il peut se vanter d’avoir touché avec La femme du fossoyeur et peut-être préparer dès maintenant un deuxième film tout aussi prometteur.

La femme du fossoyeur, de Khadar Ayderus Ahmed, avec Omar Abdi, Yasmin Warsame, Kadar Abdoul-Aziz, Finlande/Allemagne/France, 2021, 1h22
visuel : Photo du film © Arttu Peltomaa

 

When the ice melts, will we drink the water ? La danse clouée au sol de Daina Ashbee
[Cannes 2021, Compétition] Tout s’est bien passé, drame familial semi-réussi sur fond d’euthanasie signé François Ozon
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture