Cinema

Cannes 2018 : « Girl » de Lukas Dhont récompensé par la Queer Palm

Cannes 2018 : « Girl » de Lukas Dhont récompensé par la Queer Palm

19 mai 2018 | PAR Aurore Garot

Sélectionné dans la section Un certain regard, Girl, réalisé par le Flamand Lukas Dhont a remporté, vendredi 18 mai, la Queer Palm.

Joué par le jeune belge Victor Polster, lauréat du prix d’interprétation de la section, le film raconte la véritable histoire d’une adolescente, Lara, née dans un corps de garçon, mais qui rêve de devenir ballerine.

« C’est la révélation d’un grand cinéaste et le jury décerne à une très joyeuse unanimité, la Queer Palm à Girl de Lukas Dhont », annonce la présidente du jury, Sylvie Pialat, accompagnée de Pepe Ruiloba (programmateur et coordinateur du prix Premio Maguey du Festival de Guadalajara), Dounia Sichov (actrice, monteuse et productrice), Morgan Simon (réalisateur) et Boyd van Hoeij (journaliste cinéma pour The Hollywood Reporter). 16 films étaient en compétition pour cette neuvième édition de la Queer Palm. Un nombre qui augmente d’année en année pour le bonheur du milieu LGBT qui a vu récompenser l’année dernière par la palme d’or, 120 battements par minute de Robin Campillo, un film retraçant l’histoire de l’association Act Up lors de l’épidémie du Sida.

Créé en 2010 par Franck Finance-Madureira, ce prix indépendant récompense un film présenté à Cannes (toutes sections confondues), traitant des thématiques altersexuelles (homosexuelles, bisexuelles, intersexuelles, transgenres). Équivalent des Teddy Awards de la Berlinale, la Queer Palm n’est pourtant pas reconnue officiellement par le festival cannois, alors que le mot « queer » est enfin rentré dans le dictionnaire du Robert. Comme quoi, il est plus facile de pénétrer dans le Robert que dans le festival ! » se moque l’animateur de la soirée.

« C’est important pour nous, de recevoir ce prix de la Queer Palm le lendemain de la journée mondiale pour l’homophobie et la transphobie », explique le réalisateur en recevant son prix. Victor Polster, l’acteur de 16 ans incarnant Lara, venait de recevoir un peu plus tôt dans la journée, le prix de la meilleure interprétation dans la section « Un certain regard ». Et, pour la première fois, le prix n’était pas genré.

Visuels : ©Aurore Garot, Affiche

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2018

Cannes 2018 : « Fahrenheit 451 », décevante adaptation de classique SF
La playlist Sex& Love (enfin!)
Aurore Garot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *