Cinema

Cannes 2018 : « Girl », rencontre avec une belle individualité à Un certain regard

Cannes 2018 : « Girl », rencontre avec une belle individualité à Un certain regard

06 mai 2018 | PAR Geoffrey Nabavian

Le réalisateur belge Lukas Dhont signe un premier long remarqué et qui a toutes ses chances pour remporter un prix en section Un certain regard.

[rating=4]

A quinze ans, Lara rêve de devenir ballerine. Elle commence une nouvelle école, soutenue par son père. Le challenge est d’autant plus grave qu’elle est née dans un corps d’homme et qu’en même temps elle apprend à maîtriser les pointes, elle prend un traitement hormonal qui la mène vers l’opération qui fera d’elle pleinement une femme…

Porté par l’exceptionnel acteur Victor Polster, et aussi dans le rôle du père par l’excellent Arieh Worthalter, Girl a été incubé à la Cinéfondation en 2016, après le succès de Corps perdu et de L’Infini, deux courts-métrages du réalisateur flamand Lukas Dhont dont le deuxième concourait même pour l’Oscar. Juste sur la danse et le rapport au corps (Dhont travaille souvent avec le chorégraphe Jan Martens), le film est d’un naturalisme puissant et nous embarque dans une belle quête identitaire. Une réflexion sur le genre et sur le trouble adolescent qui a toutes ses chances de rafler un prix.

Girl, de Lukas Dhont, avec Victor Polster, Arieh Worthalter, Belgique, 2018, en compétition dans la section Un certain regard, 1 h 45.

Visuels : © Diaphana Distribution

Les tigres de vidéo de Ho Tzu Nyen parlent du rapport humain à l’animal [Kunstenfestival]
La playlist qui nourrit le singe
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : geoffrey.nabavian@free.fr / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *