Cinema

Cannes 2018 : « Arctic » de Joe Penna, un premier film haletant présenté en Séance de minuit

Cannes 2018 : « Arctic » de Joe Penna, un premier film haletant présenté en Séance de minuit

12 mai 2018 | PAR Alexis Duval

Survival movie sous des latitudes boréales, Arctic de Joe Penna est un long-métrage qui ne brille pas par son originalité scénaristique, mais qui se distingue par une mise en scène efficace. Mads Mikkelsen est épatant.


[rating=3]

Dans l’Arctique, personne ne vous entend crier. Encore moins lorsque votre avion s’est crashé et que vous cherchez désespérément à sortir de l’enfer blanc dans lequel vous êtes coincés. Autour de vous, les paysages sont magnifiques, mais particulièrement hostiles – les températures peuvent descendre jusqu’à -70 °C et les rares animaux qui y vivent sont de terrifiants ours polaires. Alors, quand un hélicoptère qui a entendu votre signal de détresse se crashe à son tour avec à son bord une femme, vous faites tout pour qu’elle survive avec vous…

Tourné dans les sublimes montagnes enneigées d’Islande, le film témoigne d’une grande maîtrise formelle. Ce premier long-métrage, signé par le brésilien Joe Penna, déploie un fil narratif ténu (un homme tente de survivre), mais bien tenu. On pense évidemment à Seul au monde de Robert Zemeckis, où Tom Hanks parlait à un ballon de football. Dans Arctic, c’est le Danois Mads Mikkelsen qui porte le film, en signant une épatante performance quasi-muette, comme si la solitude extrême faisait perdre la fonction langagière au personnage principal. Survival movie classique et attendu, Arctic n’en reste pas moins efficace et haletant.

Arctic, film islandais de Joe Penna. Avec Mads Mikkelsen et Maria Thelma Smáradóttir. Présenté au Festival de Cannes, hors compétition, aux séances de minuit. Durée : 1 h 37. Sortie française au cinéma : le 5 décembre 2018.

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2018

VIsuels : The Jokers

Cannes 2018, Semaine de la critique : « Shéhérazade », entre prostitution et amour dans les quartiers Nord de Marseille
Cannes, jour 4 : Guerre froide polonaise, argentins déjantés, indiennes libérées et pilotes loufoques
Alexis Duval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *