Voyage
Partir en Islande pendant le Covid-19 : les conseils d’une rédaction enchantée !

Partir en Islande pendant le Covid-19 : les conseils d’une rédaction enchantée !

18 août 2020 | PAR Cloe Assire

Alors qu’une grande partie de l’Europe se déconfinait progressivement depuis le mois de juin, nombreux furent ceux à se renseigner sur les destinations envisageables pour y passer les vacances d’été, et si possible loin de la pandémie. C’est sur l’Islande que le choix de la rédaction se porta sans jamais le regretter. Conseils et avertissements pour une aventure indescriptible entre paysages à couper le souffle et expériences inoubliables qui n’attendent plus que vous !

Vous rêvez de grands espaces et de solitude ? L’Islande est l’endroit idéal pour vous ressourcer ! Les vols disponibles étaient certes peu nombreux à l’image d’aéroports désertiques. Cependant, il est toujours possible de choisir des vols directs depuis Paris ou avec une escale en Allemagne, à Munich ou à Francfort. Seule condition : porter un masque sur l’ensemble du trajet. Une fois à l’aéroport de Keflavik, vous devrez alors payer une centaine d’euros pour passer un test en vue de détecter une contamination éventuelle au Covid-19. Quelle ne fut pas notre surprise de voir avec quelle rapidité l’Islande a modifié la disposition de ses terminaux pour accueillir de nouveau, en toute sécurité, une activité touristique ! Une fois le passage – plutôt désagréable il faut l’admettre – des écouvillons, il vous faudra passer une nuit dans un logement de votre choix avant de recevoir les résultats par SMS dès le lendemain matin. Une solution efficace pour un pays ayant éradiqué la pandémie sans pour autant baisser la garde. Cette année, ce sont donc des danois, des français et des allemands qui se sont essentiellement rendus sur la Terre de Glace, même s’il est indéniable que le tourisme local était majoritaire.

En amont, c’est l’outil My Maps qui nous permit de planifier notre road trip en plaçant sur la carte de l’Islande nos lieux d’intérêts tout en vérifiant les temps de trajet nécessaires entre chaque point. Neuf jours sur place furent nécessaires pour visiter l’ensemble des endroits marqués d’un curseur rouge. Ceux en noir font référence à des places inaccessibles pour le Dacia Duster loué auprès de l’agence Blue Car Rental que nous recommandons pour leurs tarifs et service clientèle. Les curseurs blancs symbolisent des lieux ne pouvant accueillir du public que l’hiver. Le bleu quant à lui renvoie à des endroits où nous n’avons finalement pas eu le temps de nous rendre, sans pour autant engendrer de frustrations tant les paysages découverts furent variés et riches en sensations. Ainsi, pour explorer les différentes richesses que l’île a à offrir, nous vous conseillons de louer un véhicule directement depuis une agence implantée au sein de l’aéroport de Keflavik, situé à une quarantaine de minutes de la capitale islandaise, Reykjavik. Pour une première expérience, une petite citadine peut suffire si vous désirez uniquement emprunter la route 1, faisant le tour de l’île et menant aux principaux points de rencontre des touristes. Rien de tel pour se familiariser avec la Terre de Glace. Pour plus d’aventures, et notamment pour pénétrer dans les terres et rejoindre des endroits davantage difficiles d’accès, un 4 x 4 est obligatoire en vue de circuler sur les F-roads, des routes de montagnes en piteux états, souvent traversées par des rivières qu’il vous faudra affronter. Pas de panique, il suffit de suivre les drapeaux placés par les autorités pour que le passage des gués se déroule sans encombre. Pour la navigation, l’application OsmAnd – disponible tant sur Androïd que sur l’AppleStore – nous fut d’une grande aide. Il y est en effet possible de télécharger la carte du pays désiré, ne nécessitant ainsi plus de connexion internet pour se rendre d’un point A à un point B. De plus, les cartes proposées par OsmAnd permettent de voir les chemins de randonnées, la disposition des gués et leur largeur, des routes encore plus petites que les F-roads tout en proposant un choix de campings différents que celui de Google Maps, avec moins d’informations cependant comme en témoigne l’absence de photographies.

Si vous désirez, comme nous, vous rendre au sud et à l’ouest de l’île, voici la liste des lieux, placés par ordre de visite, qu’il nous fut possible de découvrir en neuf jours : Keflavik – Reykajavik – Krysuvik – Seljalandsfoss -Seljavallalaug Swimming Pool – Skogarfoss – Reynisfjara Beach – Pakgil – Eldhraun Lava Field –

Fjaðrárgljúfur Canyon –

Kirkjubæjarklaustur – Kirkjugolf –

Kviarmýrarkambur – Jökulsárlón Iceberg Lagoon –

Skaftafellsjökull – Langisjor – Eldgja – Landmannalaugar – Haifoss – Gullfoss – Geysir – Grábrókarfell – Snæfellsnes – Kirkjufell –

Sönghellir Cave -Snæfellsjökull – Reykjavik – Keflavik. Un circuit donnant priorité à des paysages variés, désertiques, vallonnés en passant par une série de cascades, de randonnées mais aussi de piscines naturelles pour se relaxer ! Le tout entre isolement et lieux davantage touristiques.Des vacances parfaites, pleines de rebondissements et de surprises, loin du rythme effréné de la capitale française.

Crédits : Alexandre Bizri et Cloé Assire

Fini de se Disputer ! Clap de fin La Dispute, l’émission d’Arnaud Laporte sur France culture
Kessel enrichit la collection de « La Pléiade »
Cloe Assire

One thought on “Partir en Islande pendant le Covid-19 : les conseils d’une rédaction enchantée !”

Commentaire(s)

  • sellaye

    Bonjour,
    J’nevisage de partir en Islande en octobre. Dans votre article vous dites avoir testé une seule fois pour le covid et avez eu les résultats des le lendemain par Sms.
    Votre voyage date de quand? Car il est ecrit sur les sites qu’il faut faire deux PCR

    septembre 8, 2020 at 18 h 07 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *