Cinema

Cannes 2017 : les Prix de la section Un certain regard

Cannes 2017 : les Prix de la section Un certain regard

27 mai 2017 | PAR Geoffrey Nabavian

Un seul mot d’ordre : en ce dernier soir de projections inédites, à Cannes 2017, on dit oui au Grand Prix de la section Un certain regard ! Très fort.

Même de l’extérieur de la salle Debussy, fief de la section Un certain regard, on se sent vraiment très heureux, en ce samedi 27 mai 2017, au soir : le Grand Prix de ladite section vient d’être décerné, et il couronne l’un des films les plus radicaux, les plus tenus, les plus forts de la Sélection Officielle de cette année. Un homme intègre, signé par l’iranien Mohammad Rasoulof, et situé dans une région inhospitalière, sur absolument tous les plans, au sein de laquelle un éleveur de poissons lutte, et se perd, n’a pas fini de faire parler de lui… Sa qualité artistique, implacable, et son fond désespéré, fort, frappent en tout cas. Pour lire notre critique d’Un homme intègre, et avoir une idée des procédés de mise en scène employés, cliquez ici. Et pour visionner à nouveau notre interview du réalisateur Mohammed Rasoulof, cliquez en dessous.

Un Prix du jury est, lui, venu couronner Les Filles d’Avril, dernier film, pas tendre mais parfois hypnotique, et en tout cas maîtrisé, de Michel Franco. Pour lire notre critique des Filles d’Avril, cliquez ici. Et un Prix de la mise en scène, Wind River, signé Taylor Sheridan. Grand Prix et Prix du jury sont en tout cas venus récompenser des films sombres, à la fois très tranchés, et assez pessimistes vis-à-vis de l’humain. Le jury composé par Uma Thurman, Reda Kateb, Joachim Lafosse, Mohamed Diab et Karel Och semble avoir en tout cas bien fonctionné, donnant une sélection de Prix principaux réconciliant exigeance, ombre, et engagement aussi. Avec de très bons interprètes…

Quant aux deux autres prix décernés, on avouera que leurs lauréats nous ont plus laissé de marbre… La Compétition manquait-elle de radicalité, d’expériences artistiques vraies, pour que nous cherchions celles-ci à tout prix au sein du Certain regard ? Un Prix de la poésie du cinéma est dans tous les cas venu saluer Barbara et un Prix exceptionnel d’interprétation féminine a consacré Jasmine Trinca, pour Fortunata. Pour lire nos critiques de Barbara et de Fortunata, et vous faire votre propre avis, cliquez ici et ici. Ne manquez pas les films du Certain regard 2017 en salles !!

*

Visuels : © G.N. / © ARP Selection

« You were never really here », petit polar qui tente des choses [Cannes 2017, Compétition]
Cannes, jour 10 : Fatih Akin décevant, une plongée bulgare avec Posoki, le palmarès de la Quinzaine
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *