Cinema
[Berlin, Compétition] : « Histoire de la peur » de Benjamin Naishtat

[Berlin, Compétition] : « Histoire de la peur » de Benjamin Naishtat

10 février 2014 | PAR Yaël Hirsch

Premier long métrage du jeune Benjamin Naishat, Histoire de la peur, est une série de belles photos au climat grinçant qui ne constituent pas vraiment un film et certainement pas émouvant. En compétition de cette 64ème Berlinale.

[rating=2]

 

Dans une banlieue pavillonnaire d’Argentine où les piscines sont légion, les parillas se font entre gens du même monde et les enfants jouent au feux d’artifice, un climat étrange s’abat : l’électricité se coupe sans raison, les ascenseurs s’arrêtent et des hélicoptères sillonnent la ville pour demander qu’on cesse d’u faire des feux… Dans ce contexte, la vie normale continue, avec ses amours, ses incompréhensions générationnelles et ses activités bruissante. Mais la peur est là, qui guette.

Maîtrisant parfaitement photo et cadre Benjamin Naishtat tente d’instiller un climat de malaise gratuit dans une dénonciation classique du charme discret de la bourgeoisie. SI le climat prend pendant le premier quart d’heure et si certaines scènes de la vie familiale sont crédibles, le tout forme un plastron d’images qui se juxtaposent sans faire sens, ni créer d’émotion. On ne ressent absolument pas la peur que le film tente de signifier, juste un ennui profond. En revanche, l’on voit bien vers quel état de violence le cinéaste veut très doctement pointer. Mais d’autres que lui ont su le faire avant (par exemple, le grandiose Canines de Yorgos Lanthimos). Quant à la peur, sentiment social et humain fondamental s ‘il en est, elle est en fait laissée de côté. Il n’y a plus qu’à retourner aux films d’épouvante ou aux vrais films catastrophe pour faire une bonne catharsis de cette peur, à défaut d’avoir su la réfléchir avec Benjamin Naishtat.

Histoire de la peur (Historia del Miedo) de Benjamin Naishtat, avec Jonathan Da Rosa, Claudia Cantero, Mirella Pascual, Cesar Bordon, Tatiana Gimenez, Argentine, 2013, 79 min. En compétition.

visuel : photo officielle du film © visit films.

Retrouvez toutes nos critiques sur « Berlinale im Dialog« 

Berlin, jour 4 : Kreuzweg le premier bijou de la compétition et nymphomaniac intégral
[CRITIQUE] « Un beau dimanche » Nicole Garcia filme une rencontre sous le signe du mystère et de l’épure
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture