Cinema

Away we go, un road movie prénatal

15 novembre 2009 | PAR Coline Crance

Deuxième film en moins d’un an pour Sam Mendes, son dernier film était les Noces Rebelles en 2008, il nous entraîne cette fois-ci au cœur d’un road movie déjanté d’un couple en proie aux angoisses de l’enfantement. Seront-ils de bons parents ? Où élever leur enfant ?

Par le biais de ce road movie absurde et mineur, Sam Mendès nous emmène dans un périple de six étapes, dans un tour de l’Amérique léger et désordonné où se croise une galerie de personnages haut en couleurs. Face à cette angoisse prénatale, le couple s’infiltre dans l’intimité de différentes familles ce qui donne alors lieu bien souvent à des moments savoureux, où le jeune couple se retrouve nez à nez avec des gosses souvent traumatisés, parfois trop parfaits confrontés eux-mêmes aux propres modèles et angoisses que leurs transmettent leurs parents. Sam Mendes s’amuse en n’évitant aucune caricature mais plutôt en se jouant des clichés, à mettre en lumière les différentes trajectoires que pourrait prendre ce jeune couple, conférant ainsi cette part d’absurdité au film qui en fait toute sa saveur.

Certes, le périple reste sans surprise et se termine non sans quelque logique conservatrice : le couple se retrouve dans le jardin d’enfance de l’héroïne. En effet, quel est le meilleur endroit pour élever son enfant que celui ou l’on a passé sa propre enfance, dans un univers sécurisant dans lequel se sont construites vos racines ? Néanmoins le scénario au rythme enlevé nous conquit et nous fait presque rêver à ce périple , peut-être finalement juste fantasmé par ses protagonistes emportés unanimement dans cette jouissance amniotique qui relève sans doute avant tout plus de l’art de la maïeutique que d’un accouchement réel et physique d’une femme qui gardera tout le temps du film son ventre arrondi et peut-être à jamais… Mais qu’importe, à la fin de la séance le spectateur ne conserve en mémoire que le souvenir des séquences les plus savoureuses ou les plus émouvantes de ce film qui n’avait avant tout que la prétention de nous faire sourire.

Away we go de Sam Mendes, Etats unis, Royaume uni, 2009, avec John Krasinski, Maya Rudolph, Maggie Gyllenhaal. 1h38. Sortie le 4 Novembre

Nirvana : Live at Reading
Gossip au Bataclan : l’énergie rouge feu de Beth Ditto
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *