A l'affiche

« Tragedy Girls » : le thriller sanglant de Tyler Macintyre

« Tragedy Girls » : le thriller sanglant de Tyler Macintyre

25 septembre 2017 | PAR Simon Théodore

À l’occasion de la dixième édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, Tragedy Girls, de Tyler Macintyre, était projeté comme film de clôture. Entre le thriller et le cinéma d’horreur, le réalisateur canadien emprunte des codes à ces deux registres pour servir un scénario original et ambitieux.

[rating=4]

McKayla et Sadie sont deux lycéennes, accros aux réseaux sociaux et aux histoires de tueurs en séries. Adolescentes sociopathes, elles kidnappent le serial-killer sévissant dans leur petite ville de Rosedale afin que celui-ci les aide à commettre les crimes les plus parfaits. Ce dernier refuse et les deux héroïnes sèment, à leur tour, la terreur et l’effroi dans la commune. Avides de gloire, elles font tout pour être aux premières loges de la couverture médiatique de ces crimes…

Appuyé par un scénario élaboré, Tragedy Girls n’est pas un film effrayant durant lequel les scènes d’angoisse règnent. En effet, grâce à ses meurtres sanglants et rocambolesques, une dimension comique évoque plus des longs métrages comme Destination Finale ou Scream, qu’un nouveau Massacre à La Tronçonneuse. De plus, le duo d’actrices Alexandra Shipp et Brianna Hildebrand fonctionne à merveille. Leurs personnages sont bien incarnés, complémentaires et leurs personnalités restent difficiles à cerner jusqu’à la fin du film. Ces différents éléments permettent alors de se concentrer sur le message véhiculé, par Tyler Macintyre, à travers ce long métrage.

Saddie et McKaylen sont obnubilées par leur image sur les réseaux sociaux. Couvrir les histoires à scandales, être les premières à tweeter ou relayer une vidéo, apparaître devant les caméras de la presse à sensation ; tous ces actes leurs permettent d’assouvir leur quête de reconnaissance. Tragedy Girls devient alors une véritable satire de ce pan de la culture américaine et de cette non-gestion des informations circulant sur internet. Au-delà de cette dimension critique, le film prend des allures de thriller bien construit. D’abord attaché à savoir ce qui est arrivé au tueur en série disparu, Jordan, un camarade amoureux de Sadie, mène son enquête jusqu’à s’apercevoir que tous les événements bousculant la paisible communauté sont reliés entre eux…. Plusieurs intrigues se développent donc successivement, sans jamais perdre l’efficacité et l’intelligibilité du récit.

En somme, avec ce thriller sanglant, Tyler Macintyre réussit l’exercice difficile de mêler deux genres cinématographiques différents, sans produire une œuvre déséquilibrée. À l’aide de bons acteurs et inspirée par la satire des médias sociaux et d’une partie de la jeunesse américaine, le film prend une dimension supplémentaire, renforçant ainsi l’ambition de s’écarter du simple film d’horreur ou du thriller au scénario maintes fois revisité.

Tragedy Girls. Film d’horreur, thriller de Tyler Macintyre. Avec Alexandra Shipp, Brianna Hildebrand et Josh Hutcherson. Durée : 1h30.

Visuel : (c) Affiche du film.

« Game of Death » : un Jumanji de la mort ! [critique]
FEFFS 2017 : les court-métrages internationaux [Critique]
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *