A l'affiche
[Quinzaine des Réalisateurs] « Le lendemain » un drame nordique prenant mais qui redescend trop vite

[Quinzaine des Réalisateurs] « Le lendemain » un drame nordique prenant mais qui redescend trop vite

26 mai 2015 | PAR Hugo Saadi

Tourné en 35 mm (fait rare pour le souligner désormais), Le Lendemain s’attarde sur le quotidien d’un jeune garçon tout juste sorti d’un centre de détention pour mineurs, deux ans après avoir commis un crime mortel. Pour le réalisateur suédois Magnus Von Horn « faire le mal fait intrinsèquement partie de l’homme », il explore alors les filons de l’intimidation et du pardon.

[rating=3]

 

Deux ans se sont écoulés depuis le meurtre de John sur l’une de ses camarades de classe dans une petite ville de campagne. Il retrouve la liberté, son frère et son père, mais également l’entourage de la jeune fille disparue. Les premiers contacts du jeune garçon au supermarché ou au lycée sont rudes et imposent une tension annonçant les prétentions des uns et des autres à se faire justice eux-mêmes. Magnus Von Horn laisse planer le mystère sur les origines de cette mise en détention pendant la première partie du film. La mise à l’épreuve est assez rustre pour le jeune adolescent à la chevelure d’ange. On l’aura vite compris, la confrontation s’annonce imminente et brutal. Elle aura bien lieu.

Le réalisateur suédois distille un suspens qui s’accompagne de quelques coups d’éclat de violence. La réussite principale de son film demeure un personnage secondaire, celui du père. Seul (le mystère plane sur la mère – morte ou partie), il doit gérer « le lendemain » de son fils. Cela passe par une rééducation chaotique et perturbée par les événements qui surviennent à ses deux jeunes garçons. Se rapprochant du thème exploité par Thomas Vinterberg dans La Chasse, le film peut alors souffrir de la comparaison. Mais l’ambiance froide et la bonne mise en abyme orchestrée par Von Horn permet au film de se sauver. Sans aucune musique et à la photographie terne, Le Lendemain marquera l’esprit sur le coup, mais reste anodin dans les faits.

 

Efterskalv / Le lendemain, un film de Magnus Von Horn avec Ulrik Munther, Mats Blomgren, Wieslaw Komasa. Drame suédois. 1h42.

Visuels © DR

[Quinzaine des Réalisateurs] «Yakuza Apocalypse », Miike sort l’artillerie lourde dans un film fun et barré
[Live report] Flavien Berger au Point Éphémère
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *