A l'affiche
L’agenda cinéma de la semaine du 19 août

L’agenda cinéma de la semaine du 19 août

19 août 2020 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Cette semaine dans les salles obscures, venez élargir votre horizon avec de belles découvertes ! Voici la sélection de la rédaction des sorties cinéma du jour. 

Mignonnes de Maimouna Doucouré

Amy, 11 ans, vit en banlieue parisienne dans un climat familial bouleversé par le mariage de son père avec une autre femme. Tentant d’échapper aux tensions, elle se rapproche des « Mignonnes », quatre filles qui se retrouvent pour danser ensemble.  Elle fait tout pour faire partie de la bande et s’initie aux danses lascives. Tiraillée entre une éducation religieuse avec une image de la femme voilée et une vision de la féminité hypersexualisée vendue par les réseaux sociaux, elle essaie de se construire. Filmé à hauteur d’enfant, Mignonnes est le premier long métrage de la réalisatrice Maimouna Doucouré, déjà récompensée pour ses court-métrages

La Femme des steppes, le flic et l’œuf de Wang Quan’an

Polar du réalisateur chinois Wang Quan’an (Le Mariage de Tuya), le film se passe dans l’immensité des plaines mongoles. Alors qu’une femme est retrouvée morte, un jeune policier est chargé des lieux du crime. Une bergère, vivant seule dans sa yourte et se déplaçant armée à dos de chameau, va l’aider à faire face aux loups et au froid. Teinté d’humour et d’absurde, La Femme des steppes, le flic et l’œuf dépeint, sur fond d’enquête policière, la beauté et la force de la nature désertique des steppes mongoles dans une atmosphère saisissante. 

Lisez la critique de la rédaction

Never Rarely Sometimes Always de Eliza Hittman 

Autumn fait face à une grossesse non souhaitée. Sauf que là où elle habite, zone rurale et populaire de Pennsylvanie, il est impensable d’avorter, et elle ne peut pas compter sur le soutien de ses parents. Accompagnée de sa cousine Skylar et de quelques dollars en poche, elle prend un bus pour New York où elle pense trouver de l’aide. Lauréat du Grand prix du jury lors de la 70e édition de la Berlinale en février 2020, le film offre un nouveau regard nécessaire sur les difficultés de l’avortement aux États-Unis et révèle deux actrices talentueuses : Talia Ryder et Sidney Flanigan, qui joue les deux adolescentes. 

Lisez la critique de la rédaction

Epicentro de Hubert Sauper 

Le réalisateur Hubert Sauper (Cauchemar de Darwin, César du meilleur premier film en 2004) s’est penché sur l’histoire de Cuba dans ce documentaire immersif et poignant qui aborde les éléments qui ont forgé l’île. Explorant les restes de l’impérialisme américain, la période coloniale sous domination espagnole et le cinéma de propagande, il interroge les cubains sur leur vision de leur pays et leur histoire, en particulier les enfants qu’il appelle ‘les jeunes prophètes »  et questionne la fabrication des mythes. Le documentaire a obtenu le Grand Prix du Jury dans la section cinéma du monde au Sundance Film Festival 2020

Mano de Obra de David Zonana

Dans son premier film, David Zonana dépeint les inégalités sociale au Mexique avec l’histoire de Francisco, ouvrier sur la construction d’un villa de luxe. Alors que son frère vient de mourir d’un accident sur le chantier où ils travaillaient ensemble, il cherche une façon de se venger pour que justice soit faite dans un scénario osé et acéré. 

 

Visuel : Affiche Never Rarely Sometimes Always © Universal Pictures International France

« Le coeur synthétique », portrait d’une monade quadragénaire par Chloé Delaume
« Du cap aux grèves » de Barbara Stiegler : le naufrage du néolibéralisme
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *