A l'affiche
La sélection cinéma de la semaine du 16 décembre

La sélection cinéma de la semaine du 16 décembre

16 décembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Non, cette semaine n’est pas uniquement placée sous le signe de Star Wars… Même si on sait que vous n’attendez que ça ! Petit tour d’horizon des films à voir cette semaine.

Star Wars, Le réveil de la force – J. J. Abrams

Alors oui, oui, c’est l’événement de l’année : Star Wars est de retour ! On va tous se précipiter pour le voir, que vous soyez novice en la matière ou bien fan acharné, impossible de manquer le rendez-vous, sans quoi vous passerez pour un paria. Vous n’attendez pas qu’on vous le dise, mais enfin un petit rappel ne fait jamais de mal : courez dans les salles obscures, faites la queue des heures, et appréciez ce retour dans l’univers fédérateur de J. J Abrams.

La vie très privée de Monsieur Sim – Michel Leclerc

Alors que sa femme s’est séparée de lui et qu’il a perdu son emploi, Monsieur Sim s’apprête à traverser la France pour vendre des brosses à dents qui vont « révolutionner l’hygiène bucco-dentaire ». Ce voyage d’affaires va cependant surtout constituer le prétexte à un voyage identitaire accompagné de troublantes révélations…

Lire notre critique ici.

Le goût des merveilles – Eric Besnard

Au cœur de la Drôme provençale, Louise élève seule ses deux enfants et tente de préserver l’exploitation familiale. Un soir, elle manque d’écraser un inconnu au comportement singulier. Cet homme se révèle vite différent de la plupart des gens. Et sa capacité d’émerveillement pourrait bien changer la vie de Louise et de sa famille.

Le Grand jeu – Nicolas Pariser

Pierre Blum, un écrivain de quarante ans qui a connu son heure de gloire au début des années 2000, rencontre, un soir, sur la terrasse d’un casino, un homme mystérieux, Joseph Paskin. Influent dans le monde politique, charismatique, manipulateur, il passe bientôt à Pierre une commande étrange…

Elle et lui – Leo Mc Carey

20th century fox sort en vesion restaurée le film romantique le plus culte des années 1950. Deborah Kerr et Cary Grant éclipsent le reste du monde pour une idylle difficile qui commence sur un bateau et risque de se briser en haut d’une tour. Un chef d’oeuvre de Leo Mc Carey à voir, revoir et savourer en famille, en couple, entre copains ou seul.

Lire notre critique ici.

VISUELS : © affiches officielles

Anselm Kiefer au Centre Pompidou : foisonnant, puissant mais inclassable
ERIC CLAPTON « Slowhand At 70 Live At The Royal Albert Hall »
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *