A l'affiche
[Deauville] Petits pronostics sur les planches

[Deauville] Petits pronostics sur les planches

11 septembre 2015 | PAR Olivia Leboyer

P1070470

Mauvaise pioche ce matin avec Babysitter de Morgan Krantz, un film plein de bons sentiments, qui n’a pas sa place en compétition. Nous connaîtrons le palmarès demain soir : prêtons-nous au jeu des pronostics.

L’an dernier, le festival sacrait le beau et tendu Whiplash de Damien Chazelle. Il y a deux ans, Night Moves de Kelly Reichardt, un grand film sur l’écologie, d’une noirceur magnétique. Cette année, les films présentés ont, dans l’ensemble, plutôt déçu (certains films, comme Emelie de Michael Thelin ou Babysitter de Morgan Krantz, sont réellement faibles).

Présenté hors compétition, Knight of Cups de Terrence Malik a reçu un accueil mitigé. A Berlin, nous avions aimé, malgré tout, ce vrai film de cinéma, qui ose aussi déplaire. (voir notre critique).

Ici, la sélection est d’ordinaire exigeante, et il n’est pas rare de recevoir de vrais chocs de cinéma (comme The Retrieval de Chris Eska, il y a deux ans). Le jury, cette année, avec son président Benoît Jacquot, Pascal Bonitzer, Sophie Fillières, Marthe Keller, Louis-Do de Lencquesaing (qui a d’ailleurs dirigé Marthe Keller dans Au Galop !), Marie Gillain, Louise Bourgoin, Marc Dugain, Julien Hirsch, est particulièrement séduisant. Quel film distinguera-t-il ? Sans doute le beau Les chansons que mes frères m’ont apprises de Chloé Zhao, que nous avions vu à la Quinzaine de Cannes (voir notre critique et notre interview de la réalisatrice). Ou peut-être 99 Homes de Ramin Bahrani, un film fort sur la crise économique (voir notre critique). Si Benoît Jacquot filme merveilleusement le temps historique et les rapports de domination, le Madame Bovary de Sophie Barthes, qui propose une lecture réductrice du roman, n’a pas dû le fasciner plus que cela. Mais Mia Wasikowska est excellente en Emma et pourrait obtenir un prix. Plutôt réussis, Green Room de Jérémy Saulnier (voir notre critique et notre interview depuis Cannes) et James White de John Mond, mériteraient quelque chose (mais pas le Grand Prix).

Présidé par la charmante Zabou, le jury de la Révélation devrait sacrer Tangerine de Sean Baker, survolté et libre, filmé avec un I-phone 5s.

Quant au Prix du Public, mystère ! Peut-être Dope de Rick Famuyiwa, réflexion emballante et bien utile sur l’éducation, Les chansons que mes frères m’ont apprises, ou encore Tangerine. Souvent, à Deauville, Jury et Public se retrouvent.

visuels: photo ©Olivia Leboyer, une cow parade devant le Normandy

« Pas en notre nom » : rassemblement de soutien aux migrants et aux réfugiés à Paris place du Trocadéro
Playlist de la semaine (130)
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *