A l'affiche
[ Deauville 2015] Jour 1, Quelque chose frappe à votre porte

[ Deauville 2015] Jour 1, Quelque chose frappe à votre porte

07 septembre 2015 | PAR La Rédaction

Andrew Garfield et Michael Shannon incroyables d’intensité, Keanu Reeves en bon père de famille et Ramin Bahrani touchant de sincérité… Retour sur la 1ère journée du 41ème festival du Cinéma Américain de Deauville.

[rating=4]

Alors que la pluie inonde le tapis rouge de Deauville, le public nombreux a répondu présent pour assister à la projection de 99 Homes réalisé par Ramin Bahrani. Déjà présenté à Venise en 2014, ce film a lancé la Compétition avec un duo de choc (Andrew Garfield et Michael Shannon parfaits en agents immobiliers véreux de Floride) sur un sujet dur, loin des clichés de la mer et du luxe : celui de la crise immobilière des subprimes. Construit entre le drame social et le thriller, 99 Homes nous garde en haleine pendant presque deux heures et nous secoue grâce à la densité de ses acteurs.

Le son des gouttes au dehors résonnait dans la salle et accompagnait les émotions du public. Nous pensions qu’heureusement nous avions 99 toits pour nous abriter de ce déluge, mais c’était avant d’en découvrir un autre, encore plus grand.
Voir notre critique ici.

Tout juste sortis de la salle du CID, nous étions déjà pressés de retrouver l’équipe du film, en conférence de presse, afin de partager nos émotions encore vives avec eux. Cette dernière s’est déroulée en présence du réalisateur et du très élégant Michael Shannon en costume bleu pailleté aussi stellaire que son propriétaire. Les échanges entre la salle et les deux protagonistes ont été détaillés et fort éclairants. Ramin Bahrani nous a confié ses expériences (toutes aussi surprenantes qu’insensées) au sein des tribunaux spécialisés dans les saisies de bien immobilier. L’une d’entre elles racontait l’histoire d’un juge nouvellement élu qui a annulé la saisie d’un bien à un particulier pensant que Ramin Bahrani, présent dans la salle, était un journaliste du New York Times (ce dernier souhaitait avoir un bon article sur ses premières affaires). Michael Shannon a ensuite poursuivi avec la description de son cheminement pour créer son rôle. Il nous a raconté son aventure aux côtés d’un agent immobilier spécialisé dans les saisies de propriétés afin de nuancer au mieux les motivations et les réactions dans cette fonction.
Aucune date n’a encore été précisée pour la sortie de 99 Homes dans les salles françaises.

A peine remis de nos émotions, il a fallu replonger dans l’univers du dynamique Eli Roth pour la présentation de son nouveau film Knock Knock. Une seconde conférence de presse dans une ambiance plutôt drôle et chaleureuse en présence du réalisateur, de l’hypnotique Keanu Reeves, de la pétillante Lorenza Izzo et de la touchante Colleen Camp. Captivée par les deux hommes, la salle s’est empressée de rentrer dans leur intimité. Ces derniers se sont alors pris au jeu des questions-réponses et n’ont pas hésité à rejouer des répliques marquantes dans leurs carrières, tout ça mêlé à un « franglais » presque approximatif. Toutefois, dans cette atmosphère toujours aussi décontractée, Eli Roth a rappelé les dangers des réseaux sociaux (l’un des axes forts du propos très chaste du film) en précisant que « 30 millions d’américains trompent leur conjoint via internet ».
Après un dernier regard vers Keanu Reeves, nous étions fin prêts à découvrir en première mondiale le dernier film d’Eli Roth présenté au festival de Deauville « Knock Knock » (sortie en France prévue le 23 septembre 2015).

Élaboré comme un film d’horreur, « Knock Knock » raconte l’histoire d’Evan, un bon père de famille, qui par une faute va transformer sa vie en enfer.
Par une nuit d’orage, deux démons féminins (Lorenza Izzo et Ana de Armas) tapent à sa porte et viennent expier le pécheur avec des jeux lubriques. Des rires, du suspense mais aussi beaucoup d’ennui. En effet, le très puritain « Knock Knock » devient vite assez pénible sur la longueur et prévisible. Dommage que le jugement soit si rigide…

La première journée de ce 41ème festival s’est finalement terminée au chaud autour d’un verre au bar du Normandy. Dans le hall, de nombreuses personnalités aux talents variables, tels que Colleen Camp en compagnie de Jean-Pierre Jeunet, Géraldine Nakache et Alice Isaaz membres du jury de la révélation, Marthe Keller et Louis Bourgoin membre du jury officiel, mais aussi Benjamin Castaldi, Laurent Gerra et Nelson Monfort se croisent…

JFA

visuel : photo officielle , knock knock

« Eva » de Simon Libérati : Le pouvoir rédempteur de l’amour … de la littérature
[Deauville 2015, Compétition] « 99 Homes », un déluge à crédit
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *