A l'affiche
[Critique] « Palo Alto » premier essai convaincant mais loin d’être parfait pour Gia Coppola

[Critique] « Palo Alto » premier essai convaincant mais loin d’être parfait pour Gia Coppola

10 juin 2014 | PAR Hugo Saadi

Gia Coppola, nièce de Sofia et petite fille du grand Francis Ford Coppola se lance à son tour dans le bain cinématographique. Pour son premier film, elle décide d’adapter Palo Alto, le recueil de nouvelles du comédien James Franco, également au casting. De ce premier essai, il en ressort un certain manque de prise de risque, mais les acteurs et notamment le duo Emma Roberts (nièce de Julia) et Jack Kilmer (fils de Val), tiennent bien le projet qui pourrait s’inscrire dans un mix entre du Sofia Coppola et du Larry Clark, sans malheureusement y parvenir.

 [rating=3]

La première partie Palo Alto est vraiment intéressante à suivre par la découverte de cet univers et des personnages. Palo Alto est une banlieue chic de Californie où Teddy, April, Fred et Emily sont des adolescents livrés à eux-mêmes en quête de sensations fortes et de reconnaissance dans le monde adulte. Leur quotidien se résume alors à des tentatives pour sortir de l’ordinaire avec un passage obligé par le sexe, l’alcool et la drogue. Le film se concentrera plus particulièrement sur April, une jeune lycéenne qui se laisse séduire par Mr.B, son prof de sport et le père de l’enfant qu’elle garde le soir. L’échantillon de la jeunesse dorée américaine continuera sur un jeune garçon devant effectuer des travaux d’intérêt général qui tente tant bien que mal de séduire la belle April, une jeune fille mal dans sa peau qui cherche à se démarquer par ses facilité à passer à l’acte sexuel ou encore un jeune adolescent attiré par l’autodestruction et la mort : conduite à contre-sens sur l’autoroute, accidents de voiture prémédités. Un panel intéressant à découvrir et à suivre par leurs approches différentes du monde adulte.

I y a forcément un sentiment de déjà-vu dans Palo Alto. Depuis le temps, le nombre de films initiatiques mettant en scène le passage à l’âge adulte ou la jeunesse qui vagabonde à la recherche de sensations extrêmes ont fleuri. Et sa tante est en première ligne avec Virgin Suicide ou bien plus récemment The Bling Ring. On pense également à Larry Clark (Ken Park, Kids...) ou encore Harmony Korine (Gummo, Spring Breakers) qui ont su se faufiler dans le quotidien des jeunes pour des résultats plus ou moins réussis, mais très souvent trash et bruts. Le premier film de Gia Coppola  souffrira d’un problème de rythme avec une baisse de régime en milieu de métrage, mais la bande son électronique, la photographie alternant le froid sombre des nuits arrosées et la chaleur des jeunes corps ainsi qu’un casting plein de fraicheur offrira une séance plaisante. La jeune Gia a du talent, mais le manque de prise de risque qui peut coïncider avec une première expérience ne lui permet pas (encore) de s’affirmer totalement. On retiendra malgré tout une très bonne direction d’acteurs : Emma Roberts, séduisante et convaincante, Jack Kilmer, désinvolte et charmeur ainsi que James Franco, impeccable.

Palo Alto, un film de Gia Coppola avec James Franco, Emma Roberts, Jack Kilmer, drame américain, 1h40. Sortie le 11 juin 2014.

visuels © Pathé Distribution

Le temple du passé tome 1: un récit visionnaire ?
512 Heures : le nouveau projet de Marina Abramovic
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *