A l'affiche
[Critique] « Expendables 3 » : les gros bras fleur bleue de Stallone pour conclure une série en déclin

[Critique] « Expendables 3 » : les gros bras fleur bleue de Stallone pour conclure une série en déclin

23 août 2014 | PAR Gilles Herail

The Expendables 3 a fait un flop aux Etats-Unis et ne sera pas sauvé par des résultats à l’international décevants. Ce qui pourrait devenir l’ultime chapitre de la série peut donc se voir avec une certaine nostalgie. Assez bancal, le film vaut uniquement pour les quelques moments de tendresse que distille ce bon vieux Stallone, plus sentimental que jamais.

[rating=2]

Synopsis officiel: Barney, Christmas et le reste de l’équipe affrontent Conrad Stonebanks, qui fut autrefois le fondateur des Expendables avec Barney. Stonebanks devint par la suite un redoutable trafiquant d’armes, que Barney fut obligé d’abattre… Du moins, c’est ce qu’il croyait (…). Les Expendables vont livrer leur bataille la plus explosive et la plus personnelle.

Le déclin de la franchise Expendables fait irrémédiablement penser à sa thématique même. Il y a 4 ans, la sortie du 1er volet, la même année que l’excellent Red avait fait souffler un vent nouveau sur le film d’action en jouant la carte de la nostalgie et de la sympathie des spectateurs pour les vieilles gloires oubliées. En 2014, le charme s’est rompu et le public a trouvé d’autres séries « plaisir coupable » comme Fast and Furious qui allient avec plus d’efficacité l’humour et l’action. De l’action, il y en a à foison dans cet Expendables 3 qui décime par centaines au couteau, à la mitraillette, au fusil à pompe, des mercenaires qui tirent toujours à côté. Mais la réalisation sans originalité et le manque d’implication d’une partie du casting nous font vite somnoler dans le vacarme ambiant. Stallone échoue à mélanger les générations en invitant de nouvelles recrues comme dans le très mauvais Die Hard 5. Le second rôle parodique d’Antonio Banderas est aussi franchement embarrassant mais l’enjeu n’est bien entendu pas là. Retrouvant par moments les aspects les plus mélos du 1er Rocky, The Expendables doit se voir comme une comédie romantique. Les visages émus de ces grosses brutes au chevet de leur ami tombé dans le coma. Les discours du coach Barney remotivant ses troupes. Les regards amourachés avec Jason Statham. Et cette incroyable scène de fin, dans un pub local, où Papy vient débriefer ses petits camarades, avant un karaoké commun célébrant le repos des guerriers. Le romantisme amical de Stallone n’a pas d’égal, se permettant d’être fleur bleue après avoir massacré à foison au nom du code de l’honneur et de la famille. Et c’est peut être cette maladroite et charmante délicatesse que l’on retiendra d’un film déjà oublié.

Gilles Hérail

The Expendables 3, un film d’action de Patrick Hughes avec Sylvester Stallone et Jason Statham (entre autres), durée 2h07, sortie le 20/08/2014

[Critique] « Nos étoiles contraires » : on a vu le film phénomène pour ados de l’été
Tour de web : y’a plus de saisons (ma brave dame)
Gilles Herail

3 thoughts on “[Critique] « Expendables 3 » : les gros bras fleur bleue de Stallone pour conclure une série en déclin”

Commentaire(s)

  • ratman

    Salut
    et alors quoi ?
    Oui c’est un film passable !
    Oui c’est du pur Sly* un peu mytho et mégalo(*petit surnom de Sylvester, pour ceux qui l’ignoreraient, c’est mignon, non?)
    Oui, c’est plein de pan-pan, de badaboum et de vlan !
    Mais c’est bon de voir Jet-li dans les bras de Schwarzy !
    C’est bon de voir Mel Gibson péter les plombs et se battre avec Stallone !
    C’est bon de voir Banderas se caricaturer en pipelette !
    C’est bon de voir Snipes se ridiculiser avec son texte !
    C’est bon de voir Han Solo au commande de son hélico slalomer au milieu des cheminées des hauts-fourneaux tel le millenium falcon sur l’étoile noire !
    Ce film ne court pas après l’Oscar : c’est une gigantesque fresque où les comédiens se parodient eux-mêmes, se vannent et s’amusent !
    Tous les réalisateurs de films d’action ont rêvé, à un moment de leur carrière, de réunir une telle affiche !
    Le casting est démentiel, et Stallone l’a fait !
    Chaque « expendables » est une surenchère de stars !
    Oui, les stars ont vieilli, mais leur public, dont moi, aussi !
    Et c’est bien de les voir ensembles dans un film sans prise de tête ni sentimentalisme à la noix.
    Oui, c’est un film « pop-corn » : et c’est ça qui est bon !
    Pourquoi bouder son plaisir ? Les nouvelles générations préfèrent Vin Diesel, Machete et The Rock ? Pourquoi pas, ce sont les mêmes mais en plus jeunes (quoique)…
    Je n’attends plus qu’une chose : les voir eux-aussi dans « Expendables 4 » et (pourquoi pas?), Christopher Lee dans le rôle du méchant machiavel ennemi de la belle patrie qui engendre les héros, j’ai nommé les USA … :)
    Du moment que l’amusement et la nostalgie sont là !
    Signé un vieux de 46 ans !… ;)

    août 25, 2014 at 11 h 43 min
  • Tout à fait d’accord avec Ratman.
    J’ai apprécié ce film.

    Que la vie vous berce.
    Emmanuel Buriez

    août 25, 2014 at 19 h 11 min
  • moes 33

    @ratman…
    tout à fait d’accord avec toi;;;;
    un tel casting…quel réalisateur n’en a pas rêvé….

    août 27, 2014 at 15 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *