A l'affiche

[Cannes, Quinzaine] « A Hard Day », polar coréen terriblement efficace mêlant humour et violence

[Cannes, Quinzaine] « A Hard Day », polar coréen terriblement efficace mêlant humour et violence

06 janvier 2015 | PAR Hugo Saadi

La Corée du Sud est connue pour nous procurer des sensations fortes en ce qui concerne les polars entre Kim Jee Woon, Bong Joon-Ho et Hong Jin-Ha, en voilà un nouveau dans le lot et il s’appelle Kim Seong-hun (notre interview du réalisateur). Il apporte avec lui l’humour car dans A Hard Day, le rire se mêle souvent aux palpitations de l’intrigue. Chantage, course poursuite, et tension sont au rendez-vous d’un thriller bien mené.

[rating=4]

 

 Le réalisateur coréen ne perd pas de temps en démarrant son film sur les chapeaux de roue. On est plongé au cœur de l’action, Gun-Su est en route vers la morgue pour préparer la crémation de sa mère quand il heurte un homme qui meurt sur le coup. Pris de panique, il s’empare du corps, le cache dans son coffre et commence alors une « dure journée » pour lui. Le film se décompose en trois parties, la première se concentre sur les différents stratagèmes que Gun-Su va utiliser pour cacher les preuves de son acte, la seconde se focalisera sur le chantage effectué par un individu témoin de ce meurtre et enfin la dernière offrira une belle confrontation entre les deux hommes.

Le spectateur n’aura plus le temps de souffler. Il sera mis à rude épreuve par le réalisateur qui prend un malin plaisir à jouer avec nos nerfs en agrémentant A Hard Day de scènes comiques qui n’entraveront jamais le déroulement du récit. Celles-ci viennent donner des bouffées d’air dans ce jeu du chat et de la souris. Chaque protagoniste abat ses cartes, place ses pions pour donner, offrir un polar haletant mais aussi complètement barré. Bien ficelé, le scénario nous réserve son lot de surprises et n’hésitera pas à franchir la ligne rouge qui laissera le spectateur tendu jusqu’au final. Un final qui pour notre plus grand plaisir se déroulera à plusieurs endroits, Kim Seong-hun use de décors variés extérieurs comme intérieurs imposant un rythme de course-poursuite fort agréable.

En toile de fond du polar, le jeune réalisateur montre la corruption du système policier et tout ce qui gangrène les institutions pénales. Bien qu’e l’on soit devant un polar, le film est doté d’une grande autodérision qui fait plaisir à voir. Kim Seong-hun s’autorise même des dialogues absurdes et un final qui fera sourire le spectateur par son originalité. Enfin, il ne faudra pas oublier de mentionner la performance bluffante de Lee Sun-kyun et Choi Jin-woog qui n’arrêtent pas une seconde et se traquent jusqu’à ce que l’un deux disparaisse sous terre.

 

visuels © A Hard Day

 

A Hard Day, un film de Kim Seong-hun, avec Lee Seon-gyoon, Jin-woong Jo, Jeong Man-Sik, drame coréen, 1h51.

[Cannes, Quinzaine] « Queen and Country », une satire de l’armée redondante au casting décevant
Interview du réalisateur coréen Kim Seong-hun : « A Hard Day ressemble à un morceau de viande »
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *