A l'affiche

« Nothingwood », un docu complètement allumé sur la plus grande star du ciné afghan [Cannes 2017, Quinzaine]

« Nothingwood », un docu complètement allumé sur la plus grande star du ciné afghan [Cannes 2017, Quinzaine]

25 mai 2017 | PAR Hugo Saadi

Mais où Sonia Kronlund a t-elle été dégoter Salim Shaheen, acteur-réalisateur-producteur haut en couleur et célébrité nationale en Afghanistan? Dans son documentaire Nothingwood, la réalisatrice française révèle un sacré individu qui mérite nos applaudissements.

Il a tourné plus de 110 films dans son pays. Salim, c’est un peu le Maradona du cinéma, la star incontestée du pays à qui personne ne résiste, pas même l’armée, qui veut se prendre en selfie avec lui. Non seulement il mélange tous les genres dans son interminable filmographie (film de guerre, comédie musicale, drame), mais en plus, il en tourne toujours plusieurs à la fois !

Le titre fait bien évidemment référence à Hollywood et Bollywood, sauf qu’ici il n’y a pas d’argent, donc : Nothingwood. Tout est cheap : de l’affiche au faux sang jusqu’aux costumes. Mais c’est ce côté série Z qui en fait un grand n’importe quoi jouissif. La réalisatrice propose une vision inhabituelle du pays, loin des traditionnels JT traitant l’actualité sanglante. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle zappe totalement l’ambiance générale de l’Afghanistan en proie à des tensions permanentes. Son propos est clair et celui du réalisateur aussi : le cinéma est le seul moyen d’échapper à ce dur quotidien : elle n’hésite pas à insérer des images de massacres et d’attentats. Mais rapidement, on retourne au rire et à l’humour potache de notre personnage principal. Difficile d’ailleurs de le présenter tant il dégage une énergie incontrôlable, couplée à un caractère explosif. Résultat : des séquences où la salle entière rit à gorge déployée. Et ce n’est pas souvent le cas dans un documentaire.

Sa bande de comédiens excentriques sont des sketchs à eux-seuls. Sonia Kronlund réalise un beau tour de force en proposant un docu qui sort des conventions grâce à son sujet. Elle s’autorise aussi à faire des films dans le film, enrichissant au mieux l’expérience. On ressort de la séance en se demandant comment ne connaissions-nous pas déjà Salim Shaheem et en ne pensant plus de la même façon au cinéma afghan. La belle surprise de la quinzaine.

Nothingwood, un film documentaire de Sonia Kronlund avec Salim Shaheen. 1h25. Le 14 juin 2017 au cinéma.

Visuels © Pyramide Distribution

Kirill Serebrennikov arrêté à Moscou
Oscar Murillo et Naufus Ramírez-Figueroa : deux artistes d’exception exposés au CAPC
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *