Expos

Oscar Murillo et Naufus Ramírez-Figueroa : deux artistes d’exception exposés au CAPC

Oscar Murillo et Naufus Ramírez-Figueroa : deux artistes d’exception exposés au CAPC

25 mai 2017 | PAR Camille Bardin

Pour sa saison estivale, le CAPC de Bordeaux se met à l’heure latino-américaine en présentant deux artistes du continent. Le premier colombien et mondialement connu Oscar Murillo et le second, Naufus Ramírez-Figueroa, un artiste guatémaltèque dont le travail est actuellement présenté à la biennale de Venise.

Jusqu’au 24 octobre, l’artiste Naufus Ramírez-Figueroa investit la nef du CAPC avec une installation in situ. Davantage connu pour ses performances, dont certaines, filmées, sont également montrées dans l’exposition, Naufus Ramírez-Figueroa a préféré profiter du cadre exceptionnel que lui offrait le CAPC pour créer une dizaine de sculptures aux significations diverses. Passionné par l’ouvrage de Mary Shelley, dans lequel la créature de Frankenstein est mise au monde dans l’effroi, l’artiste a créé des êtres surnaturels. Sortes d’hybridations entre l’être humain et les végétaux, elles nous plongent dans un univers science-fictif et une réflexion biotechnologique. Mais ses personnages en polystyrène et recouverts de résine sont également des références au travail taxonomiste du botaniste suédois Carl von Linné à l’origine au XVIIIe siècle de la classification des espèces. Un travail ancien qu’il tord pour l’adapter aux problématiques contemporaines de la théorie du complot qui procède exactement à l’inverse de celle du scientifique : regrouper des fragments pour en faire un tout.
Mais Naufus Ramírez-Figueroa ne s’arrête pas là. L’artiste ajoute une troisième dimension à son oeuvre en la fixant dans son contexte spatial : la « Nef » du CAPC. Ancien entrepôt des denrées coloniales, le musée d’art contemporain de Bordeaux à une histoire qui fait écho à celle de la famille de l’artiste guatémaltèque. Avant de devoir fuir la guerre civile, celle-ci a travaillé pendant 130 ans dans les bananeraies. S’il est rare que l’artiste parle de la colonisation trop sujette, selon lui, aux lieux communs, c’est donc une oeuvre toute particulière dans le travail de Naufus Ramírez-Figueroa.

« Estructuras resonantes » – Oscar Murillo 

Le CAPC de Bordeaux fête également un anniversaire cet été. Voici 10 printemps que la programmation Satellite est l’opportunité pour les Bordelais de découvrir des artistes internationaux. Pour l’occasion le CAPC — grâce au concours du Jeu de Paume et de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques, co-producteurs de l’exposition — frappe fort en présentant le travail du Colombien Oscar Murillo, un artiste mondialement connu dont le travail pictural est souvent comparé à celui de Jean-Michel Basquiat. Mais pour la programmation Satellite dont le commissariat est proposé cette année à Osei Bonsu, l’artiste a réalisé une vidéo. Sur le mur de la galerie Arnozan est donc projeté ce que Oscar Murillo a ramené de son voyage à Marrakech. Une vidéo, un moment de vie saisi aux abords d’une place où touristes et natifs se sont regroupés pour écouter les musiques traditionnelles jouées par un groupe de bédouins. Avec le regard subjectif de l’artiste on découvre alors les rythmes et l’harmonie que créé le spectacle urbain.

Visuels :

1 – 3 : Camille Bardin

4 – 6 Oscar Murillo, Untitled, (2017)
Video projection en couleur, boucle, 56min Courtesy de l’artiste artist et David Zwirner, New York/Londres

Infos pratiques

« Nothingwood », un docu complètement allumé sur la plus grande star du ciné afghan [Cannes 2017, Quinzaine]
Coupe de France : 100 ans de Passion !
Camille Bardin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *