A l'affiche

« Cœurs purs », une bouffée d’air frais italienne [Cannes 2017, Quinzaine]

« Cœurs purs », une bouffée d’air frais italienne [Cannes 2017, Quinzaine]

24 mai 2017 | PAR Hugo Saadi

Roberto De Paolis filme dans Cœurs Purs, le dilemme d’une jeune femme entre sa dévotion à Jésus et sa nouvelle relation amoureuse. Du réchauffé sur le papier, mais une belle bouffée d’air frais à l’écran.

[rating=3]

Le réalisateur italien choisi la piété comme thématique principale de son film, Cœurs purs. Un titre qui prend tout son sens au fur et à mesure que l’on assiste aux ateliers de chrétienté que Agnese pratique. Elle a tout juste fêté ses 18 ans et souhaite rester vierge avant le mariage, mais sa rencontre soudaine avec Stefano, gardien d’un centre commercial où elle vient d’y commettre un vol va tout chambouler. Là voilà amoureuse et tiraillée entre la pression qu’exerce sa mère sur elle en matière de religion et sa nouvelle romance.

De Paolis présente ce double enjeu de manière assez simple et prend son temps pour poser les bases des deux côtés : les réunions avec Jésus et le contexte financier et familial difficile de XX (emploi précaire, famille à la rue). Il y ajoute également une touche d’actualité concernant la question roms (comme il y a quelques jours à la Quinzaine avec le film A Ciambra). Même si ces deux individus semblent être totalement opposés, leur amour est sincère et filmé sans niaiserie à l’écran. L’italien rend la romance mignonne et bien que le scénario soit un poil prévisible, les différentes thématiques abordées s’emboîtent bien. Ces moments de vie séduisent et De Paolis décide de laisser planer le mystère sur l’issue de la relation et livre ainsi une scène finale assez mouvementée qui fait écho à la belle scène d’ouverture.

Cœurs purs révèle aussi deux jeunes talents : Selene Caramazza, lumineuse et Simone Liberat, envoûtant, qui diffusent une belle alchimie à l’écran. Ils sont beaux et le spectateur s’attache rapidement à eux au point d’avoir envie une fois le générique de fin à l’écran, de se projeter dans le futur pour savoir ce qu’il en advient.

Cuori Puri, un film de Roberto De Paolis avec Selene Caramazza, Simone Liberat. 1h55. Prochainement au cinéma.

Visuels © DR

Les sorties cinéma de la semaine du 24 mai
Nicht Schlafen : l’apocalypse démente d’Alain Platel ouvre la MC93
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *