Arts

Une étude attribuée à Léonard De Vinci est estimée à plus de 15 millions d’euros

Une étude attribuée à Léonard De Vinci est estimée à plus de 15 millions d’euros

19 décembre 2016 | PAR Joanna Wadel

2016 est aussi l’année des trésors retrouvés ; après les dessins Arlésiens attribués à Van Gogh, c’est au tour du plus illustre des peintres de se voir authentifié comme l’auteur d’une étude retrouvée chez un médecin à la retraite, celui qu’on ne cite plus que par son nom, Léonard De Vinci.

12discovery5-blog427
Capture du dessin représentant le martyre Saint Sébastien détenu par la maison @Trajan

L’affaire rapportée par une enquête parue dimanche 11 décembre dans le New-York Times pourrait faire l’objet d’un roman : un médecin retraité décide de faire examiner par une maison de vente aux enchères située près de l’Opéra de Paris, du nom de Tajan, 14 croquis hérités de son père. Parmi ceux-ci, une étude italienne du XVIème attire l’œil du directeur du département des tableaux anciens, monsieur Thaddée Prate, il s’agit d’une représentation du Martyre St Sébastien. Après expertise par le galeriste Patrick de Bayser et Carmen C. Bambach, spécialiste du maître Florentin et conservatrice du département des dessins et estampes italiennes et espagnoles du XVIème siècle au Metropolitain Museum de New York, le dessin serait bien l’œuvre de Léonard De Vinci.

Réalisée à l’encre noire, l’étude typique de la Renaissance représente le Saint dans une posture complexe, adossé à un tronc d’arbre, le buste de face et le visage tourné vers le ciel. Au dos, et c’est ce qui convainc davantage les experts, des restes d’esquisses géométriques sont commentées à l’encre brunie, un processus semblable il est vrai à celui des journaux connus du maître exposés au Clos Lucé. Un autre facteur, et pas des moindres, rejoint la piste « De Vinciesque » : l’auteur du dessin était gaucher, également l’une des particularités distinctives du démiurge.

873aac9e-b80f-11de-a8ab-2fd8d928ab23
« La Belle Milanaise » capture du portrait dit de De Vinci

Pour certains experts, l’affaire, qui rappelle celle du portrait de « La belle Milanaise » en 2009, pourrait bien être rapidement réglée. Aux dires de la conservatrice madame C.Bambach, le croquis serait d’ailleurs reconnu comme étant l’un des « 8 San Bastini » cités par l’artiste dans ses nombreux écrits. Du côté des musées, l’équipe du Louvre qui a examiné le martyre ne s’est pas encore prononcée. Estimé à plus de 15 millions d’euros, le croquis pourrait bien être acheté par un musée pour être exposé. La commission consultative des trésors nationaux réunie mercredi dernier a en premier lieu refusé la requête de la maison Tajan pour amorcer une vente du fameux dessin à l’étranger. Si le refus est officiel, le dessin ne pourra plus quitter le sol français et sera soit vendu, soit acquis par un autre musée au titre de « Trésor national ».

Visuels : © Maison Trajan – Captures des dessins attribués à Léonard De Vinci

Miss Guyane est élue Miss France 2017
L’agenda culturel de la semaine du 19 décembre
Joanna Wadel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *