Arts
Trois expositions entre sensualité et étrangeté à la galerie Perrotin

Trois expositions entre sensualité et étrangeté à la galerie Perrotin

15 septembre 2022 | PAR Adam Defalvard

En ce moment, dans la belle galerie Perrotin, il est possible de découvrir les expositions solos de Elizabeth Glaessner et de Danielle Orchard ainsi qu’une exposition de 22 artistes autour de la représentation des mains et des doigts. Un voyage onirique et sensuel de grande beauté.

DEAD LEG de Elizabeth Glaessner

Dans les premières salles de la galerie, Elizabeth Glaessner présente ses figures humaines et chimériques. Des couleurs qui se floutent pour mieux révéler des corps féminins qui semblent prisonniers des limbes. C’est la première exposition personnelle de l’artiste new-yorkaise qui possède un style affirmé et symboliste. Elle dit commencer ses peintures de manière intuitive, en laissant les pigments prendre forme sur la toile, guidée par son subconscient. Un voyage inquiétant à faire de toute urgence.

À découvrir jusqu’au 8 octobre 2022.

PAGE TURNER de Danielle Orchard

C’est aussi une première exposition personnelle pour l’artiste américaine Danielle Orchard. Ses toiles possèdent un style qui évoque dans sa technicité des peintres bien connus (Picasso et Matisse par exemple). Un style caractérisé thématiquement par une nudité omniprésente et des références cinématographiques. Mais ce sont les angles choisis et les petits détails qui donnent au travail de Danielle Orchard une aura si puissante et envoûtante. La nudité est montrée comme prise sur le fait, dans des instants de quotidien volés.

Sur la très belle toile Cheating at Solitaire on se croirait transportés dans un film noir inquiétant. Une femme jouant aux cartes avec elle-même se regarde dans un miroir où son propre reflet paraît lui échapper. Women’s Work semble appartenir à un rêve, un bleu magnifique emporte une scène du quotidien où l’on sent que quelque-chose qui n’appartient pas au réel est en train de se dessiner et d’envelopper les figures.

À découvrir jusqu’au 8 octobre 2022.

FINGER BANG organisée par Genesis Belanger et GaHee Park

La dernière exposition est collective, 22 artistes vivants exposent leur travail autour du thème des mains et des doigts. L’inspiration surréaliste est palpable pour beaucoup d’œuvres, les doigts sont détachés des corps et on les découvre là où ils ne devraient pas être. Les doigts sont aussi souvent porteurs d’un message sensuel.  La petite toile Covenant de Emily Mae Smith attire le regard avec sa composition duelle où un doigt et une langue se font face au dessus d’un champs de fleurs. Entre les deux se trouve une goutte suspendue, salive ou larme. Le titre, pacte en français, inquiète et laisse un voile de sensualité mélancolique se déposer sur la très jolie peinture de Emily Mae Smith.

Il ne faut pas se laisser tromper par les apparences. La toile aux couleurs douces de GaHee Park, Half Pears, dévoile une figure presque extra-terrestre dont la main ne se trouve pas là où elle devrait être. La sculpture de Genesis Belanger, qui donne son nom à l’exposition, propose ce même jeu autour de l’innocence. Un vase de fleurs où l’on se rend compte en approchant que deux doigts se trouvent au bout de tiges. 

D’autres peintures se servent également des mains et des doigts pour exprimer la sexualité mais aussi la violence. La toile de Robin F William Shhhh prend ce chemin, dans une esthétique rappelant les affiches des films de science-fiction des années 70’s. La main d’une femme aux yeux perçants tient un couteau prêt à transpercer, un tableau à la composition particulièrement vivante où la figure semble prête à s’animer sous nos yeux.

Une très belle exposition collective à découvrir seulement jusqu’au 21 septembre. À ne pas rater.

Pour plus d’informations sur la galerie et les expositions c’est ici.

Et pour découvrir les autres nombreuses galeries du quartier, vous trouverez à l’entrée de la galerie Perrotin une carte des galeries de Paris qui vous aidera à vous repérer.

Visuels : Photos des expositions. ©Adam Defalvard.

 

 

 

Un papyrus vieux de 2700 ans vient de refaire surface
Agenda du week-end spécial journées du Patrimoine 2022
Adam Defalvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture