Arts
</em data-lazy-src=

« Quartier du Street Art – Acte I. à Saint-Quentin-en-Yvelines

11 août 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Du 14 septembre au 13 novembre, la Commanderie des Templiers de La Villedieu accueille un collectif d’artistes de street art, FKDL, Gregos, Kashink, Sane2 et Stoul le temps d’une exposition – Quartier du Street Art – Acte I, qui marque le début d’une nouvelle résidence à Saint-Quentin-en-Yvelines.

Peinture, sculpture, installation, photographie, la Commanderie des Templiers de la Villedieu continue d’explorer les différentes facettes de l’art contemporain et accueille cette fois-ci du street art ou art urbain dont les terrains d’expression et de prédilection sont la rue et les lieux publics. Quartier du Street Art – Acte I, c’est d’abord une belle rencontre entre les personnages hybrides, mi-femme mi-chat de Stoul, les vanités revisitées à la mexicaine et les créatures aux allures de catcheurs de Kashink, les silhouettes habillées de collages d’anciennes revues et de peinture de FKDL, les autoportraits mis en scène de Grégos et les lettres et personnages de Sane2.

C’est aussi le point de départ d’une résidence artistique à Saint-Quentin-en-Yvelines d’un an intitulée Quartier du street art. Inscrite dans la thématique des cultures urbaines dont l’un des temps fort sera La Nuit blanche à Saint-Quentin-en-Yvelines le samedi 1er octobre, cette résidence territoriale offre un parcours dans l’univers protéiforme de l’art urbain.

A la Commanderie des Templiers, au cours des ateliers proposés par chacun des cinq plasticiens, le public amateur et scolaire sera invité à explorer différentes pratiques, techniques et esthétiques du street art : «le collage et l’art scotch», «moulage et peinture sur plâtre», «personnage et masque», «le travail de la lettre», «pochoir» et «customisation de mobilier urbain». Ainsi, les artistes se réapproprieront le site en questionnant ce lieu hautement patrimonial pour le transformer en quartier du street art.

Les labels de musique incendiés à Londres
Sziget, point d’étape #4 : en route pour la joie
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *