Arts
Portes ouvertes d’Anvers aux Abbesses du 18 au 20 novembre

Portes ouvertes d’Anvers aux Abbesses du 18 au 20 novembre

04 novembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

À l’occasion de la 16e édition de ses Portes Ouvertes, l’Association « Anvers aux Abbesses » a souhaité innover. Une fois encore, près de 120 artistes ouvriront les portes de leurs lieux de création, ce qui constitue environ 70 ateliers répartis entre les 18e et 9e arrondissements. Mais, cette année, la balade au coeur de la création contemporaine s’accompagne d’un regard sur le patrimoine. Suivez les bannières rouges qui portent le logo de la manifestation pour repérer les ateliers !

Les artistes proposent 6 « parcours techniques » : ! Peinture ! Sculpture ! Photographie, vidéo et Infographie ! Céramique, mosaïque, vitrail, émail ! Gravure, illustration, dessin, graphisme ! Techniques mixtes, installation, arts plastiques, collage et une balade culturelle liée aux richesses du quartier. Tout en cheminant vers les ateliers, les visiteurs trouveront des anecdotes sur l’histoire et les personnages.

« Depuis toujours, les 18e et 9e arrondissements de Paris sont connus pour avoir accueilli beaucoup d’artistes. Avec cette initiative, nous voulons lier le présent et le passé, le dénominateur commun restant la découverte, l’échange, la diversité et la richesse artistique. Nous avons envie de donner une nouvelle raison de venir visiter nos ateliers en proposant une nouvelle façon de les découvrir.» déclare Emmanuelle Gutierres Requenne, artiste et présidente de l’Association « Anvers aux Abbesses ».

La balade patrimoniale ne fera pas oublier le travail des sculpteurs, peintres, photographes, vitraillistes, plasticiens et le plaisir de la rencontre entre le public et les artistes…Lors des Portes Ouvertes, on parle à bâton rompu de technique, matériaux, inspiration, création… et il n’est pas rare d’acquérir une des oeuvres puisque toutes sont à vendre.

Ces portes ouvertes s’accompagnent d’un concours, les « Emiles » . Il s’agit de réaliser, pour ceux qui lesouhaitent, une oeuvre petit format. Afin de « pimenter » la chose, le lauréat des Emiles de l’année précédente définit les normes des Emiles de l’année suivante. En 2011, il s’agit d’un dyptique (format 2x20x11cm) traité en positif/négatif. Tentez votre chance !

Visuel : stéphanie wezemaël (news).jpg

Le spectacle vivant se met en quatre au Théâtre de la Cité
Le développement durable s’expose sur le parvis de l’Hôtel de ville
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *