Arts
Pinsel : un obscur sculpteur ukrainien remue le Louvre

Pinsel : un obscur sculpteur ukrainien remue le Louvre

21 novembre 2012 | PAR Sarah Barry

Dès demain, la salle que l’on nomme « la Chapelle » au Louvre s’offre au public sous un nouveau jour : celui de la sculpture baroque du XVIIIème siècle, en Ukraine. Pour la première fois dans l’Hexagone, le sculpteur Johann Georg Pinsel fait l’objet d’une exposition au moyen d’une trentaine de sculptures, essentiellement en bois. Pour évoquer sa manière, on parle d’une « gestuelle très démonstrative », d’une « caractérisation très personnelle des draperies » ; et on ne saurait mieux dire …

On ignore bien des choses sur Johann Georg Pinsel, à commencer par sa date et son lieu de naissance. Son nom signifie « pinceau » en Allemand, et si cela apparente l’artiste au monde germanique, son style le fait encore mieux. Néanmoins, il développe une certaine originalité, une puissance expressive qui influencera durablement ses contemporains. En témoignent des bas-reliefs produits par son école, où sa manière imprègne le dessin.

Cette grande expressivité et cette sensibilité qui caractérisent son art, ont été mises au service de l’Eglise catholique, qui milite alors dans les fins fonds du royaume de Pologne. Il travaille à d’importants décors, comme le maître-autel de l’église d’Horodenka, ou encore la façade de la cathédrale Saint-Georges de Lviv. L’exposition présente de manière spectaculaire, sur tout un pan de mur, un ensemble de statues réalisé pour le choeur de l’église d’Hodowica. Parmi elles, la Vierge de la douleur (voir ci-contre), sculpture en bois polychrome et doré qui illustre idéalement le mobile de J.G. Pinsel. Cet art s’adresse à des populations paysannes illettrées, qui ne sauraient nourrir leur foi en parcourant les textes sacrés. Les images doivent donc jouer d’une grande accessibilité pour inspirer une empathie immédiate à leurs spectateurs.

Pour cette exposition, le musée du Louvre bénéficie de l’appui des institutions ukrainiennes et de prêts inhabituels concédés par la Galerie nationale des beaux-arts de Lviv. En effet, certains ensembles ne sortent jamais de leur pays, et ils sont ici présentés aux côtés de reconstitutions imagées qui nous renseignent sur leur contexte d’origine. Cette manifestation parisienne résulte d’une récente prise de conscience vécue par les Ukrainiens autour de la richesse d’un patrimoine endommagé au cours de l’histoire ; ils ont redécouvert un artiste oublié, dont l’oeuvre fait désormais l’objet d’importants travaux de restauration.

Visuels : (c) Sarah Barry

A la Une : Eléments du décor du choeur de l’église d’Hodowica, vers 1758

Grand format d’entête : Ensemble de statues illustrant les débuts de J.G. Pinsel

Photographie 1 : La Vierge de la douleur, vers 1758, statue en bois polychrome et doré provenant du choeur de l’église d’Hodowica et conservée à la Galerie nationale des beaux-arts de Lviv

Photographie 2 : Abraham sacrifiant Isaac, vers 1758, statue en bois polychrome et doré provenant du choeur de l’église d’Hodowica et conservée à la Galerie nationale des beaux-arts de Lviv

Repetto dévoile sa première garde-robe:danseuse de la tête aux pieds
[PIAS] célèbre ses 30 ans !!!
Sarah Barry

One thought on “Pinsel : un obscur sculpteur ukrainien remue le Louvre”

Commentaire(s)

  • I’m extremely impressed with your writing skills as well as with the layout on
    your weblog. Is this a paid theme or did you modify it yourself?
    Either way keep up the excellent quality writing, it is
    rare to see a great blog like this one nowadays.

    décembre 29, 2013 at 13 h 50 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *