Marché de l'art
Francis Bacon est le plus coté des enchères à New York

Francis Bacon est le plus coté des enchères à New York

06 mai 2014 | PAR Carlos Dominguez-Lloret

L’oeuvre de Francis Bacon Trois études pour un portrait de John Edwards, d’une valeur de 75 millions de dollars environ, est à la tête des enchères de printemps à New York. 

Bacon
© Christie’s

Ce mardi 6 mai, Christie’s lancera les enchères de printemps avec des oeuvres impressionnistes et modernes. Le Portrait de femme (Dora Maar) de Picasso et Les Nympheas de Claude Monet sont estimées à 35 millions de dollars chacune. En ce qui concerne la maison d’enchères Sotheby’s, le mercredi 7 mai elle présentera 14 oeuvres de Picasso qui ont été créées par l’artiste espagnol entre 1900 et 1969. Parmi ses oeuvres, la Tête de Marie-Thérèse est cotée autour des 16 millions de dollars. Claude Monet figure aussi dans le catalogue de Sotheby’s. Le pont japonais du peintre  français a une valeur qui pourrait se placer entre les 12 et les 18 millions de dollars.

Parmi les oeuvres postérieures à la Deuxième Guerre mondiale, l’intérêt des collectionneurs est porté une fois de plus sur Francis Bacon (1909-1992). Le 13 mai sera mis en vente par Christie’s le triptyque Trois études pour un portrait de John Edwards (1984) et qui est estimé à 75 millions de dollars.

Bacon qui est né à Dublin a été l’un des plus grands représentants de l’expressionnisme au XXème siècle. Les tableaux du peintre irlandais font preuve d’une bonne maîtrise de la technique de la gouache, du pastel, d l’huile et de l’aquarelle. Mais il a aussi beaucoup travaillé avec des techniques d’estampe, dont la gravure et la lithographie notamment.

Grand admirateur de Vélasquez, van Gogh, et Picasso, la plupart de l’oeuvre de Bacon se constitue de grands triptyques qui mettent en scène sa vie et celle de ses amis. Dans ses portraits, Bacon explore le visage humain et les différentes expressions qui prennent forme au cœur de sa palette de couleurs. L’oeuvre de l’artiste irlandais est aussi considérée comme existentialiste car elle représente les individus au centre de leur isolement ou dans des espaces complètement abstraits.

Francis Bacon se positionne depuis quelques années au sommet de l’échelle des enchères à New York. Bacon, qui a été considéré comme le peintre de la violence et qui dans ses dialogues avec Francis Maubert, a avoué que l’odeur du sang humain ne le quittait pas des yeux, est l’artiste sur lequel les collectionneurs prêtent beaucoup d’attention aujourd’hui.

Un autre triptyque de Bacon Trois études de Lucian Freud (1969) est considéré l’oeuvre d’art la plus chère au monde. En 2013 elle a été adjugée pour la somme de 142 millions de dollars.

 

[Chronique] « Réveille-toi Papa, c’est fini ! » : la lettre aux enfants de Jean-Raphaël Hirsch
« Profanes » de Jeanne Benameur
Carlos Dominguez-Lloret

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture