Arts

L’Outre-Mer français dans la guerre 39-45

L’Outre-Mer français dans la guerre 39-45

11 décembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

 

 

L’année d’Outre-Mer rend hommage aux peuples qui ont été colonisés par la France et qui ont contribué à faire de notre nation la puissance qu’elle est devenue. Cette exposition s’attache plus particulièrement aux rôles de ces différents états qui étaient français dans le déroulement de la Seconde Guerre Mondiale. Dans le calme de ce beau musée suspendu entre ciel et terre, à deux pas et pourtant si loin du tumulte de la gare Montparnasse, nous découvrons des aspects, que les français méconnaissent pour la plupart, de la Seconde Guerre Mondiale : le rôle clé des départements d’Outre-Mer dans la lutte contre le nazisme.

 

 

 

Très richement illustrée de photographies en noir et blanc, de documentaires d’époque, d’affiches de propagande, de timbres, de costumes militaires et même d’un fanion, d’une arme blanche et d’une radio, cette exposition nous permet de comprendre l’enjeu des colonies dans la politique Française de l’époque ou comment l’union de tous les départements de l’Empire français a pu contribuer à la libération. Chacune des anciennes colonies françaises nous est présentée sous l’angle de sa souffrance pendant le plus terrible conflit franco-allemand. Le musée rend ici un juste hommage au courage et à la détermination de tous ces hommes et de toutes ces femmes qui se sont battus aux côtés des Français de la métropole pour que la liberté soit et que la dictature nazie batte en retrait. Il est particulièrement rendu hommage à plusieurs personnalités emblématiques de cette lutte et gravées dans l’Histoire: Félix Eboué pour la Guyane (ci contre au Tchad avec De Gaulle) et Léopold Sédar Senghor (voir photo ci dessous) pour le Sénégal sont parmi les plus plus illustres. Chaque colonie a une vitrine qui lui est consacrée, nous permettant de découvrir son histoire et ses caractéristiques.

C’est aussi un retour sur les injustices historiques, le fait souvent ignoré et que nous sommes choqués d’apprendre ici que les grades des soldats d’Outre-mer n’aient pas été respectés par les nazis qui les ont fait prisonniers et abattus la plupart du temps sans vergogne. La démolition par les nazis des statues en l’honneur des combats menés par les soldats d’Outre-mer pendant la Première Guerre Mondiale nous consterne également et suscite une certaine incompréhension face à cette haine. L’exposition est concentrée dans une immense salle couleur sable : un rappel aux étendues de désert et à la chaleur due au climat souvent tropical des colonies, où nous sommes touchés par tous ces destins foudroyés par la guerre qui nous sont présentés tour à tour ; un hommage posthume rendu à des hommes gradés injustement abattus, à des soldats courageux qui sont morts pour la France. Les rues du 12ème arrondissement de par leurs noms et le Panthéon en gardent la mémoire.

 

Une exposition pédagogique très instructive, visuellement très forte de par tous ces visages qui nous font face pour nous raconter leur histoire et l’Histoire, mais aussi un nouvel hommage au rôle de Jean Moulin pendant la guerre. Une visite recommandée tant aux collégiens et aux lycéens qu’à tous ceux désireux de s’instruire.

Un monde sans femmes avec Vincent Macaigne, vrai coup de cœur
Les merveilles de Claire Castillon, portrait d’une jeune-fille simple en colère
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *