Arts

Le Studio Harcourt fait son off pour le Mois de la photo

11 novembre 2010 | PAR Soline Pillet

Du 27 octobre au 30 novembre 2010, diverses expositions et événements investissent la capitale pour le Mois de la photo. Entré dans la légende pour ses portraits de stars à la griffe  si particulière, le Studio Harcourt ouvre ses portes au public du 8 au 27 novembre 2010, exposant le travail personnel de la douzaine de photographes qui travaillent entre ses murs confinés.

Depuis 1934, le Studio Harcourt, situé à deux pas des Champs-Elysées, a tiré le portrait des stars les plus mythiques. Noir et blanc, épure et lumière immédiatement identifiable : le style Harcourt était né pour perdurer. Ce n’est pas sans émotion que le public se voit octroyé le droit rare de pénétrer le studio de photographie ou la salle de maquillage où ont défilé Jeanne Moreau, Alain Delon, Brigitte Bardot, et pléiade de monstres sacrés. 

Pour le Mois de la photo, le Studio Harcourt expose sur ses murs de légende les œuvres personnelles de chacun des photographes qui y officient. Ils sont une douzaine à présenter environ quatre photos de leur cru.

La réussite de l’exposition est de mêler la déclinaison de styles de ces clichés inédits aux portraits Harcourt, entre héritage d’une tradition et liberté de création. Alors que l’ensemble des photographes ont su unanimement adopter le style Harcourt, ils révèlent à cette occasion leurs personnalités et leurs couleurs artistiques. Le résultat est éclectique : portraits, nus, compositions photographiques, abstraction…

Entre autres œuvres particulièrement saisissantes, mentionnons la série « Evolution » de Christian Mc Manus, série de douze portraits polaroïd d’une grande pureté, « Prouesses » de Michel Blondeau, double diptyque noir et blanc fixant en des poses inhabituelles le mouvement d’une danseuse nue, « Vingt-quatre images/seconde » de Kostia Petit, double triptyque très « glamour hollywoodien » au charme suranné à défaut d’être follement original, ou encore « Le corps changeant » d’Andréa Véga, détails de peau à la sensuelle réalité.

« Studio Harcourt Paris fait son off » dans le Cadre du Mois de la photo à Paris, du 8 au 27 novembre 2010 – Ouvert au public du lundi au samedi de 14h à 18h – Studio Harcourt Paris, 10 rue Jean Goujon, Paris 8ème – Métro Franklin Roosevelt – Entrée libre – Les photos exposées sont en vente toute la durée de l’exposition

Mamma Mia au théâtre Mogador
La maison des gladiateurs s’est effondrée à Pompéi
Soline Pillet
A 18 ans, Soline part étudier la danse contemporaine au Québec puis complétera sa formation par les arts visuels à l’Université de Brighton. Au cours de son apprentissage, elle participe à des projets éclectiques en tant que danseuse. Également passionnée par l’écriture, elle rejoint les bancs de la fac en 2007 afin d’étudier la médiation culturelle à la Sorbonne Nouvelle. C’est par ce biais qu’elle s’ouvre au théâtre, au journalisme, et à toutes les formes d’art. Aujourd’hui, Soline rédige un mémoire sur la réception critique de la danse contemporaine tout en poursuivant sa passion pour la danse et l’écriture. Après avoir fait ses premiers pas de critique d’art pour le site Evene, elle rejoint l’équipe de la Boîte à Sorties en septembre 2009.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *