Spectacles

Mamma Mia au théâtre Mogador

11 novembre 2010 | PAR Elise Arnould

Mamma Mia le spectacle aux 42 millions de spectateurs arrive en France. Après avoir traversé 40 pays, il s’installe à Paris avec une troupe française. La production a pour but de transposer tout l’esprit du West-end et de Broadway associé aux tubes d’ABBA. Le spectacle, qui se veut l’exacte reprise des productions originales, est-il à la hauteur de ses ainées?

Mamma Mia est un « juke box musical », reprenant les succès d’ABBA. Les titres célèbres plongés dans un univers de carte postale et de paillettes attirent le public qui répond nombreux puisque 100000 billets ont déjà été vendus.

L’histoire se déroule sur une petite île Grecque. Sophie tout juste vingt ans décide d’épouser Sky au désespoir de sa mère, ancienne hippy qui l’élève seule et prône l’indépendance. Peu de temps avant la célébration de son mariage, Sophie envoie des invitations aux amours de jeunesse de sa mère. Elle espère que de cette rencontre, naitra une évidente reconnaissance de son père, qui pourra la mener à l’autel.

La production de Mamma Mia fait des choix humains judicieux. Les acteurs ont le physique de l’emploi et confèrent à leur personnage un côté attachant et drôle. Les trois papas et les meilleures amies de la maman sont déjantés et assument pleinement les personnalités excessives et exubérantes  des rôles qui leur incombent. Les danseurs de l’ensemble se prêtent également au jeu du kitch allant jusqu’à danser palmé un exploit physique qui, vu de la salle, semble être un jeu d’enfant.

Si les artistes sont chaleureux et dynamiques leur technique vocale est parfois insuffisante. Ils ont dans l’ensemble du mal à conserver une puissance vocale soutenue sur la longueur et manquent parfois de justesse. Les rôles principaux masculins sont indéniablement de meilleurs acteurs que chanteurs. Si Gaëlle Gauthier incarne une Sophie charmante et correspondant physiquement au rôle, sa voix légère, idéale pour les ballades, n’a pas la puissance requise pour interpréter les tubes d’ABBA les plus soutenus. Claire Guyot qui incarne le rôle principal de Donna, possède un timbre chaleureux qui manque parfois de régularité. On aurait aimé un live complet sans chœurs enregistrés qui rompent le charme du spectacle live.

Les traductions dans l’ensemble sont assez réussies, Nicolas Nebot s’attachant dans la mesure du possible à utiliser des formules idiomatiques. « Money, money, money » ou « The winners takes it all » qui devient « La loi du plus fort ». D’autres en revanche perdant leur sonorités anglo-saxonnes ne passent pas l’épreuve de la traduction « Knowing me, Knowing you » devient un « Qui je suis, qui sommes nous » ou encore « Thank you for the music » / « Ma vie c’est la musique ». La traduction de chansons anglaises est un exercice extrêmement délicat qui s’avère parfois impossible.

Les décors sobres se révèlent astucieux, avec deux éléments rotatifs se déplaçant, ils suggèrent la Grèce et ses îles couvertes de villages aux maisons blanches sans rajouter d’éléments superficiels. Le fond bleu censé évoquer la mer est en revanche très criard et ne confère aucune profondeur au plateau.

Certain tableaux comme « Money, money » sont dynamiques, denses et bien construits scénographiquement. On aimerait que l’ensemble du spectacle soit de cette qualité. On retiendra  l’humour et le côté décalé comme point fort du spectacle toujours agréable. Les chansons d’ABBA fonctionnent et entrainent toute la foule à des applaudissements. On apprécie la légèreté et la joie qui se dégage de Mamma Mia, on aurait aimé des interprètes plus pointus techniquement et une ambiance plus grandiose pour enfin parvenir à cette quasi-perfection qui fait la marque des productions de comédies musicales anglo-saxonnes.

Bande annonce Mamma Mia France

Informations pratiques :

Théâtre Mogador
25 rue de Mogador
75009 Paris
www.mogador.net

Métro : Trinité (ligne 12),
Chaussé d’Antin Lafayette (ligne 9),
Havre-Caumartin (lignes 3 & 9)

RER A Auber & RER E Haussmann Saint-Lazare

Parkings : Galeries Lafayette (bd Haussmann), Printemps (rue de Provence & rue de Charras) & Trinité d’Estienne d’Orves (10-12 rue Pigalle)

Stations Taxi : place d’Estienne d’Orves

Stations Vélib’ : 79 rue de la Victoire
2 rue de Londres
62 rue St Lazare

DATES :
Réservations ouvertes jusqu’au 31 janvier 2011 inclus.

HORAIRES :
Du mardi au samedi, 20h.
Les samedi et dimanche, 15h.

TARIFS :
– Catégorie 1 : 82 €
– Catégorie 2 : 62 €
– Catégorie 3 : 42 €
– Catégorie 4 : 25 €

DUREE :
2h40 dont 20 minutes d’entracte.

PAR INTERNET
PAR TELEPHONE, en appelant le : 0820 88 87 86
(0,12 € la minute)
EN POINT DE VENTE :
– vos points de vente habituels :
Fnac, France-Billet, Ticketnet, Carrefour Spectacles …
– la caisse du Théâtre Mogador :
Du mardi au samedi de 12h à 20h30
Le dimanche de 12h à 16h30
23 rue de Mogador – 75009 Paris

Roaratorio : une pièce maîtresse de Cunningham
Le Studio Harcourt fait son off pour le Mois de la photo
Elise Arnould

2 thoughts on “Mamma Mia au théâtre Mogador”

Commentaire(s)

  • Je suis d’accord sur les voix… Celle de Donna m’a convaincue mais ce n’est pas le cas de celle de Sophie…
    C’est sûr que le français n’est pas de l’anglais ;-) Disons qu’on aimerait entendre ce que l’on connaît mais que comprendre les paroles apporte de l’info. Dilemme difficile que celui de la traduction !

    novembre 11, 2010 at 18 h 42 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *