Arts

Le Maroc en partage à la Mairie de Paris

Le Maroc en partage à la Mairie de Paris

07 septembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La ville de Paris accueille à partir du 8 septembre l’exposition « Le Maroc et l’ Europe : six siècles dans le regard de l’autre » qui a déjà eu ses heures de gloire en 2010 à Bruxelles et à Rabat. Les commissaires de l’exposition, Paul Dahan et Sylvie Lausberg sont psychanalystes. Ils amènent ici un parcours sur six siècles de relations entre le Maroc et l’Europe et entre l’Europe et le Maroc, proposant de réfléchir sur la notion d’autre que soi. Une exposition comme moyen de lutte contre les stéréotypes au contenu pointu.
Un parcours chronologique se partage en sept sections partant du XVIe siècle portugais au XXIe siècle libre. Les documents présentés sont tous issus de la collection de Paul Dahan. On y découvre l’histoire du Maroc par le prisme des relations entres les peuples. Un fil conducteur est la difficulté à représenter l’autre. Même quand la démarche se veut bienveillante l’autre ressemble à soi, telles ces gravures de Thomas Jefferys ( Habit d’hiver d’un musulman marocain), où les vêtements sont marocains mais les visages européens.
Les relations politiques sont extrêmement bien détaillées donnant l’occasion de découvrir au détour d’une vitrine, pour la période plus contemporaine, un frontispice d’Odilon Redon sur l’ouvrage de El-Mogrehb Al-Aksa, une mission Belge au Maroc.
Parti pris passionnant les commissaires ont choisi de passer d’un module à un autre par le conflit. Nombreux sont les moments d’occupations et de guerres menant finalement à des situations autres, tel le protectorat puis l’indépendance.
Lors des phases de colonisation du Maroc, la culture est présente. La scénographie offre un mur à Eugène Delacroix que Mornay , ambassadeur du roi Louis Philippe amène dans ses bagages. Il peindra les femmes, les politiques. Particulièrement les scènes de la vie juive comme un superbe mariage dont la copie est montrée ici.
Une place importante est d’ailleurs donnée à la communauté juive, présente au Maroc dès le IIe siècle, qui par périodes plus ou moins clémentes, à la fois otage et protégée par la dhimitude a opéré un lien entre les pouvoirs et le peuple. Par exemple, les médecins du Roi étaient Juifs.
L’exposition se clôt par la période contemporaine, avec une sélection de magnifiques photos en noir et blanc, certaines de Belin, photographe quasi officiel du roi et d’autres, tel Kollar offrant un regard tendre sur la société marocaine.
« Le Maroc et l’ Europe : six siècles dans le regard de l’autre » permet de relire les relations entre l’Europe et le Maroc, montrant un nouveau visage sur une histoire dont on oublie les fondations en la réduisant à la présence française à partir du XIXe siècle.

Copyright : Collection Dahan-Hirsch / Entré du sultan Mohammed V dans la résidence générale / Rabat, le 16 octobre 1916

Au seuil de la vie, un film d’Ingmar Bergman à redécouvrir
Julian Perretta, un nouveau clip en attendant l’Olympia
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *