Arts
L’exposition et vente d’œuvres d’art « Jeunes pousses », un bol d’air frais et coloré

L’exposition et vente d’œuvres d’art « Jeunes pousses », un bol d’air frais et coloré

07 décembre 2020 | PAR Mahaut Adam

La galerie « Quand les fleurs nous sauvent », 5 rue Jacques Callot, dans le quartier de l’Odéon, ouvre ses portes au public du jusqu’au 20 décembre tous les jours de 11h à 19h, sauf le lundi. Le nouvel évènement Jeunes Pousses met en scène une sélection d’œuvres de 11 artistes de moins de 30 ans autour du thème des fleurs et du végétal. Ce sujet , qui paraît plus que nécessaire en ces temps de crise, offre au public un véritable bol d’air frais, dans une atmosphère printanière qui fait du bien.

Les onze artistes, Marcella Barcelo, Amélie Barnathan, Diane Chéry, Valentine Esteve, Paul Lemaire, Raf Reyes, Florentine Ruault, David Schermann, Taylor Smith, Zuaz et Evalie Wagner, viennent d’horizons et de cultures totalement différents, de l’Asie à l’Amérique, en passant par l’Europe. Leurs œuvres sont accessibles au plus grand nombre, coûtants entre 170€ et 4500€.

Un voyage au cœur des matériaux artistiques

Les deux curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai mettent en scène d’une manière tout à fait innovante ce thème vieux comme le monde : les fleurs et le végétal. Elles proposent un voyage au sein des couleurs et des matériaux. Tout d’abord, l’œil est tout de suite attiré par les œuvres de l’artiste espagnole Marcella Barcelo, qui présente un panel de peintures, sur des toiles ou sur des tissus légers, presque transparents, sur lesquels la couleur fond et se confond.

A la peinture s’ajoute aussi la photographie, qui reste le matériaux artistique principal pour des artistes comme Evalie Wagner ou encore son ami autrichien David Schermann,tous deux exposés à la galerie. Mettant en scène la fleur comme continuité de la main, le végétal devient la vie elle-même, comme un geste d’offrande et de contemplation sublime.

Des matériaux changeants, donc, allant jusqu’à une pratique artistique innovante, comme celle de Valentine Esteve, qui joue avec les différentes matières comme la sculpture d’acier et de plumes ou encore la tapisserie. Ou l’artiste parisien Raf Reyes, qui fait des collages digitaux et des impressions sur miroir. Enfin, Florentine Ruault décide de transcender la représentation de végétaux en créant une œuvre elle-même faite à partir d’un végétal, la soie de cactus : l’œuvre solaire de la vitrine de la galerie.

Une visite toute colorée

Bercés par une ambiance musicale de piaillements paisibles de petits oiseaux, nous continuons notre visite de la galerie, qui nous transporte au cœur des couleurs de la nature. D’abord, le vert, évidemment, puisque c’est la couleur qui nous vient instinctivement lorsque l’on pense au végétal. Un vert strident, intense, dans le cas de l’artiste coréenne Zuae, dont les dessins ornent le mur de la galerie, représentant tour à tour les différentes étapes de la vie, par un tracé hypnotique. Mais c’est aussi un vert plus sombre, mystique, celui des radiographies des végétaux de Taylor Smith, qui tente de saisir l’identité et la beauté de la plante.

Les couleurs de la nature sont aussi représentées par la couleur rose, comme dans les photographies de David Schermann. Amélie Barnathan joue avec les différents roses, d’un trait vif, pour incarner les fantasmes et les émotions humaines. Les plantes deviennent alors le terrain de jeu de petites figures humaines qui s’épanouissent et vivent au cœur des lignes du dessin, tel des petits esprits de la nature.

Enfin, la couleur des plantes est aussi envisagée dans les photographies de Paul Lemaire par une représentation en noir-et-blanc, sans couleurs. Jouant avec la lumière, le végétal devient dès lors le témoin d’un quotidien et d’une réalité à la fois simple et forte de sens. Ce sont aussi les dessins de Diane Chéry, qui alterne entre la peinture-dansée et un style de dessin, sobre, tracé à l’encre de chine.

Autant de pratiques artistiques et de couleurs qui vous attendent patiemment à la galerie, toutes témoins de jeunes artistes talentueux qui poussent bien vite !

Visuels : ©CP Virginie Duval

Les films à ne pas manquer dès le 15 décembre
À l’Opéra de Monte-Carlo, la plus belle des distributions pour incarner la dépression de la famille Foscari.
Mahaut Adam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture