Expos
Un musée Joy Division ouvre à Macclesfield

Un musée Joy Division ouvre à Macclesfield

26 mai 2015 | PAR Milena Landre

La maison d’Ian Curtis, chanteur du groupe britannique Joy Division, a été rachetée par un entrepreneur fan du groupe pour plus de 260 000 euros. Le nouveau propriétaire vient d’annoncer qu’il transformerait le lieu en musée, dédié au groupe mythique et emblématique du post-punk. 

Située au 77 Barton Street à Macclesfield près de Manchester, la maisonnette s’est vendue à plus de 260 000 euros. Elle avait été le lieu de vie d’Ian Curtis, de sa femme et de sa fille Natalie avant qu’il s’y donne la mort le 18 mai 1990. Le musicien et entrepreneur Hadar Goldman a racheté la maison dans le but de la transformer en musée à l’effigie du chanteur et de son groupe culte. Cet achat répond en partie à une attente grandissante des fans. Une majorité d’entre eux s’étaient en effet mobilisés pour la racheter après sa mise en vente. Ils avaient crée à l’occasion un crowdfunding qui avait suscité une émotion forte chez les autres membres de Joy Division, aujourd’hui membres du groupe new-wave New Order. Cette récolte n’ayant pas aboutie, Hadar Goldman s’est décidé à l’acheter afin d’en faire un lieu culturel dédié à Ian Curtis.

Si cette initiative représente un aboutissement pour les fans de Joy Division, certains des anciens membres du groupe ne voient pas les choses du même œil. Bernard Sumner, chanteur de New Order et ancien guitariste de Joy Division a déclaré au magazine britannique NME qu’il n’approuvait pas cette transformation en musée, qualifiant la maison de Ian Curtis de « lieu de tristesse », « monument du suicide » et « un peu glauque ». En revanche, Peter Hook, également un ancien membre de Joy Division et de New Order, a soutenu ce projet de musée rejoignant le désir de Hadar Goldman de faire de cet endroit un lieu d’hommage, marquant l’héritage « d’un des groupes les plus importants de l’histoire contemporaine ».

Le film américano-britannique Control réalisé par Anton Corbijn, qui retrace le parcours tragique d’ Ian Curtis avait utilisé la maison de Macclesfield comme décor des scènes de vie familiale du chanteur. Il ne fait aucun doute que cet endroit, une fois transformé en musée, deviendra un véritable lieu de culte pour les fans du chanteur légendaire, mort à seulement 23 ans.

Retrouvez ici notre critique des paroles et carnets de notes d’Ian Curtis, So this is permanence, rassemblés par sa femme Deborah Curtis et le journaliste Jon Savage.

Visuels : CC, affiche officielle du film Control, capture d’écran Google Maps

« The heroïc legend of Arslan » tome 1: l’enfance d’un prince
Un Roi Arthus en demi-teinte : brillance musicale et terne scénographie
Milena Landre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture