Expos
«Trois hommes dans un bateau » : Richard Deacon, Suis Jianguo et Henk Visch à la Fondation Maeght

«Trois hommes dans un bateau » : Richard Deacon, Suis Jianguo et Henk Visch à la Fondation Maeght

20 décembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après la magnifique exposition Garouste de cet été, la Fondation Maeght continue d’interroger le statut de l’artiste aujourd’hui et à lui donner doublement la parole, par l’œuvre et par le commentaire. Jusqu’au 13 mars 2016, Trois hommes dans un bateau interroge le statut du sculpteur aujourd’hui à travers un dialogue à trois voix entre des artistes nés dans le deuxième moitié du 20e siècle et qui questionnent la matière. Entre matière concrète et désir d’abstraction et de symbole, les sculptures du britannique Richard Deacon, du chinois Sui Jianguo et du néerlandais Henk Visch se répondent avec génie et résonnent également avec les œuvres signées Miro ou Giacometti qui habitent la Fondation Maeght.

[rating=4]

Dans la cour de la fondation, un promeneur de Giacometti semble observer avec rêverie un sculpture géométrique et ramassée de Richard Deacon, deux grands bronzes « Blind Portraits » qui veulent s’envoler comme des nuages, signés Sui Jianguo et une figure assise avec grâce de Henk Visch. Tout semble résumé dans ce carré magique où la matière, la mémoire et la création.

A l’intérieur, on nous présente ces trois artistes qui se sont embarqués dans une exposition collective sur ce qu’est leur rôle et leur art aujourd’hui. Ils se commentent les uns les autres avec passion et générosité. On entame le périple sur les reliefs de Richard Deacon, qui tente à la fois de réinventer – selon d’autres symboles – l’alphabet et qui hésitent entre deux et trois dimensions, entre l’abstraction et le concret d’un métal lourd de sens. Puis on entre dans une salle où les trois univers se mettent vraiment à raisonner : les sculptures et les tableaux métaphysiques de Sui Jianguo faisant écho aux structures très géométriques de Richard Deacon, et le tout contrastant avec une suite de sculptures un peu carnavalesque et très charnue de Henk Visch.

Très vite, à l’occasion d’un film sur son rapport à la matière et volontiers à la glaise « Physical Trace » (2013), l’on découvre que Sui Jiango a aussi la tentation de la chair, tandis que les sculptures de Henk Visch semblent de plus en plus symboliques, corps allongés ou tordus exprimant un sentiment dominant humain, émouvant mais synthétiques. Sous les vitraux signés Chagall qui décorent l’une des salles de la Fondation Maeght, ces œuvres du néerlandais se rapprochent de grands du 20e siècle comme Henri Moore ou de William Lehmbrück.

Dans une salle très mystique où se dévoilent un travail sur l’église anglaise qui fait penser à Rothko et des apôtres de matière noire signés Sui Jiango, on trouve aussi une œuvre datant d’il y a plus de quinze ans, appartenant à la série des « Legacy Mantle » et qui interroge le rapport à un certain ordre réaliste du monde. Et dans la dernière salle, les céramiques plus anciennes et très colorées de Richard Deacon viennent aussi révéler comment, derrière ses alphabets et ses structures très géométriques, il s’est attaqué à la question de la matière et de l’abstraction.

Comment créer et innover quand on est sculpteur et qu’on se confronte à la matière ? Comment l’imbiber à la fois de concept et lui permettre de transmettre de l’émotion ? Autant de question que pilote le bien beau bateau que Richard Deacon, Sui Jianguo et Henk Visch embarquent ensemble, à la Fondation Maeght.
Visuels : YH

Infos pratiques

« Ce que j’appelle jaune », le fœtus délicatement omniscient de Marie Simon
[Critique] « Star Wars 7 le réveil de la force » hommage référencé à la Jurassic World
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *