Expos
L’Université d’Amsterdam expose en couleurs les archives de l’écrivain Arnon Grunberg

L’Université d’Amsterdam expose en couleurs les archives de l’écrivain Arnon Grunberg

31 octobre 2014 | PAR Yaël Hirsch

A à peine plus de 40 ans, le turbulent et génial écrivain néerlandais (prix Libris avec Tirza en 2007) Arnon Grunberg est l’objet d’une grande rétrospective à l’Université d’Amsterdam. L’exposition  s’intitule « Je veux juste que vous m’aimiez » et est tout sauf un faire valoir feutré d’auteur !  Bourrée d’images, de citations (en néerlandais) et où l’univers graphique et la scénographie éclatent de couleurs tonitruantes, c’est un événement de comics, haut en couleurs, qui met en valeur les idées fortes et décalées de l’auteur. 

[rating=5]

On entre dans l’exposition un peu comme dans le ventre d’un super-héros qu’on va suivre de sa naissance, en 1971 à l’expérience qui est actuellement menée par des scientifiques sur son cerveau de génie littéraire ! Tout commence par l’enfance, les photos de bébé, les parents aux personnalités fortes et les trois prénoms de l’auteur. La littérature est très vite là, notamment le théâtre, dès les années lycée. Puis c’est la révélation avec Les lundis bleus (1994) : Arnon a 24 ans et commence vraiment sa carrière d’écrivain. Des livres il en a écrit près d’une trentaine, sous son nom et sous le pseudonyme Marek van der Jagt et ils sont tous présents sous verre ou dans des citations à travers une scénographie léchée où, cheveux bouclés et lunette de combat, l’auteur est un superhéros qu’on cite avec d’autant plus d’exactitude qu’il a la parfaite maîtrise du choc et du dérangement. Reporter à Bagdad, amant d’une américaine  excentrique de 40 ans son aînée ou encore tenant la main de sa mère sur son lit d’hôpital, Arnon est omniprésent et ne cache rien de sa vie, ni de son oeuvre. On finit cette mise en scène de science-fiction authentiquement rétrospective par le laboratoire un peu fou d’un homme si brillant que des scientifiques sont entrain de suivre chaque soubresaut de ses neurones en flamme. C’est dans un élégant costume bleu, grand sourire aux lèvres et modestie pleine d’humour qu’Arnon Grunberg recevait amis et fans transis, ce jeudi 30 octobre, pour le vernissage d’une expo pas comme les autres. Un rayonnement qui ne peut que jeter de l’huile sur le feu déjà bouillant de la Grunbergmania….

Si vous passez par Amsterdam, cette exposition sur un auteur réellement VIVANT est une curiosité à voir!

A noter côté livres ! Héloïse d’Ormesson vient de publier un nouveau roman d’Arnon Grunberg en Français, l’excellent Homme sans maladie (voir notre critique) et le catalogue de de l’exposition « Ich will doch nuch dass ihr mich liebt » est disponible en paperback pour 29.95 euros.

Université d’Amsterdam, Collections particulières, Oude Turftmarkt 129.

Missing on a glassbox et les Habitants pour la suite des 30 ans de la Fondation Cartier
[Live report] The Notwist, Mogwai et James Blake au Pitchfork Music Festival
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *