Expos

L’Asie vue par l’objectif de Jean-Baptiste Huynh

L’Asie vue par l’objectif de Jean-Baptiste Huynh

24 février 2019 | PAR Laetitia Larralde

Après l’exposition Araki en 2016, c’est à Jean-Baptiste Huynh que l’on confie les rênes de cette nouvelle exposition de photographie contemporaine. L’artiste franco-vietnamien nous propose une rétrospective partielle de trente ans de travail centrée autour de sa vision très personnelle de l’Asie.

Depuis plusieurs années, le Musée Guimet travaille à la mise en valeur et au partage avec le public de sa vaste collection photographique. Chaque année est organisée une exposition thématique, comme Terres de riz en 2018, avec l’objectif de montrer toutes ces photographies anciennes comme des œuvres d’art, et pas uniquement des objets documentaires ou illustratifs. Mais le musée Guimet ne s’arrête pas là : la photographie est un vecteur de connaissance de l’Asie, passée et présente, et il est logique d’inclure la production actuelle dans ces témoignages artistiques.

La première impression est celle d’espaces épurés et fluides. La scénographie, pensée par Jean-Baptiste Huynh, nous plonge dans une atmosphère feutrée et paisible d’où se détachent les photographies comme des îlots de lumière. On remarque ensuite la grande unité stylistique qui se dégage des clichés, qu’ils représentent des visages, des objets ou des végétaux, et quelle que soit leur date. Il est difficile de croire que sous nos yeux se déroulent trente ans de travail tant le passage du temps semble avoir été aboli. Les thèmes, comme les visages, les mains, les miroirs, sont suivis, dialoguent entre eux et font preuve d’une cohérence extrême. Seule la série de portraits de Huyen, jeune muse depuis vingt ans, nous rattache à une certaine temporalité.

Les sujets sont tous cadrés en plan serré, sur un fond uni souvent noir, et la lumière est précise. Ce procédé sort l’objet ou la personne de son contexte et le place dans une bulle hors temps et monde extérieur. Les visages des bouddhas du musée Guimet sont au même niveau que les visages vietnamiens, traités rigoureusement de la même manière et ainsi s’établissent des connexions et des échanges entre œuvre d’art et vivant.

Autre thème majeur de l’exposition, les miroirs sont abordés de deux façons différentes. La première série de clichés est une suite d’objets parfaitement ronds sur fond noir. Miroirs antiques, bols à thé et coupes s’alignent comme autant de planètes ou corps célestes, petits objets fragiles contenant en eux tout un univers. La dernière salle contient la série Reflection et s’écarte légèrement du corps de l’exposition. Jean-Baptiste Huynh y photographie des visages de femmes par leur reflet dans des miroirs anciens au mercure, créant des constellations se superposant aux portraits. L’aspect onirique des photographies est renforcé par un éclairage diminuant et augmentant en continu, comme une respiration lumineuse.

L’exposition montre une recherche constante de la beauté, dont le photographe semble avoir une idée précise et un processus pour la capturer bien rodé. Et bien que cette recherche de perfection esthétique fasse preuve par moments d’une certaine froideur, les séries Miroirs et Reflection intègrent une petite part d’imperfection aléatoire amenée par le passage du temps sur la matière qui fait soudain vibrer l’image.

Avec Infinis d’Asie, accordez-vous un moment paisible hors du temps, une fragile bulle de perfection.

Infinis d’Asie – Photographies de Jean-Baptiste Huynh
Du 20 février au 20 mai 2019
Musée National des Arts Asiatiques – Guimet – Paris

Visuels : 1- © 2003, Jean-Baptiste HUYNH, HUYEN – Cil. / 2- © 1997, Jean-Baptiste HUYNH, NATURE – Eucalyptus. / 3- © 2007, Jean-Baptiste HUYNH, MIROIRS – Miroir 33. / 4- © 2018, Jean-Baptiste HUYNH, REFLECTION 34 – Kazakhstan.

Yannick Nézet-Séguin et le Berliner Philarmoniker en haute mer à la Philharmonie
Oscars 2019 : Un palmarès rock avec quelques surprises
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *