Expos

Les japonismes des Arts Décoratifs

Les japonismes des Arts Décoratifs

22 novembre 2018 | PAR Laetitia Larralde

Cet hiver, plongez dans l’exposition fleuve Japon-Japonismes et sondez les profondeurs insoupçonnées des collections japonaises du Musée des Arts Décoratifs.

Le Musée des Arts Décoratifs naît en 1864, quelques années à peine après la fin du sakoku (fermeture du Japon) et le début des relations diplomatiques entre la France et le Japon dont la saison Japonismes 2018 fête les 160 ans. Avec pour mission de conserver le patrimoine tout en témoignant de la création contemporaine, le musée constitue un catalogue à destination des artistes, ouvriers et industriels, une grammaire ornementale et technique pour inspirer ses contemporains. Alors que le premier mouvement japoniste naissait, le Musée des Arts Décoratifs s’engageait dans l’acquisition et la présentation de l’art japonais en France, en commençant par l’exposition du « palais oriental » en 1869.
Parmi les 1400 pièces exposées aujourd’hui, beaucoup dormaient dans les réserves depuis la seconde guerre mondiale. Préparer Japon-Japonismes a demandé un travail conséquent d’inventaire et d’étude des collections, souvent inconnues du public, de la part des différentes équipes du musée. Pluridisciplinaire, l’exposition retrace un siècle et demi de relations franco-japonaises et d’influence artistique mutuelle, vues au travers du prisme des Arts Décoratifs.

La découverte si passionnée de la culture japonaise de la part des artistes, collectionneurs et marchands apporte une réponse aux questionnements esthétiques occidentaux de l’époque, et ce malgré une méconnaissance des arts, de la culture et de l’histoire japonaise. L’objet avait beau être totalement étranger, issu de principes que l’on ne maîtrisait pas, la fascination qu’il inspirait balayait toute intellectualisation pour ne laisser que l’émotion esthétique. Les peintres s’approprient les compositions sans perspective des estampes, les cadrages et les formats, les artisans s’intéressent à de nouveaux matériaux et techniques : le Japon devient la source du renouveau de l’esthétique occidentale, vecteur de la modernité.

Japon – Japonismes mélange à la fois les disciplines, les périodes et les origines. Après un bref rappel historique, les cinq grandes thématiques s’approprient trois étages du musée : les acteurs de la découverte, la nature, le temps, le mouvement et l’innovation. Chacune regroupe objets d’art, design, arts graphique, mode et photographies, une estampe d’Hokusai côtoyant une affiche publicitaire parisienne, un masque de nô un peigne en écaille, une poupée un vase en verre. Le mélange des époques montre la continuité des influences entre les deux pays, et le face à face de créations japonaises et de créations japonisantes souligne le dialogue constant entre les deux cultures, l’un puisant son inspiration chez l’autre, pour être ensuite réinterprété par le pays d’origine.

Les œuvres présentées sont d’une variété et d’une qualité exceptionnelles. Chacune se différenciant de l’autre, même au milieu d’objets d’une même typologie, comme les peignes, les tsuba (garde des sabres) ou les miniatures, on ne se lasse pas devant tant de virtuosité et de beauté intemporelle. On découvre la technique du katagami, pochoir pour la teinture des motifs de kimono, les affiches de spectacles français s’appuyant sur la mode japoniste, les collaborations actuelles entre artisans et les créations contemporaines de la mode. Ce qui aurait pu n’être qu’une accumulation sans fin se révèle être une sélection vaste, à la fois éclectique et cohérente, une carte du beau qui mène du Japonisme de la fin du XIX ème siècle à la saison Japonismes 2018.

La scénographie de Sou Fujimoto, architecte japonais reconnu internationalement, s’appuie sur la combinaison de deux images : le cabinet de collectionneur français débordant d’objets, et le tokonoma japonais, alcôve recevant un rouleau de peinture ou de calligraphie et un objet, ou un ikebana. Dans un clair-obscur rappelant l’éclairage feutré des intérieurs traditionnels japonais, Fujimoto utilise le papier washi blanc, contrastant sur l’environnement noir pour mettre en valeur les objets. Le washi, papier traditionnel support des estampes japonaises, l’un des premiers vecteurs d’échanges culturels entre la France et le Japon, d’abord à plat, se courbe, se plie et se froisse, devenant rubans, kakemonos et paysages imaginaires. La troisième galerie accueille des collections plus contemporaines qui contrastent agréablement sur le fond de deux enfilades de pièces XIXème, dans un dialogue entre passé et présent.

Le Musée des Arts Décoratifs dresse un portrait foisonnant de l’évolution des relations franco-japonaises, entre tradition et modernité, mettant au même niveau les différents arts, la hiérarchie – impossible à établir ici – ne se faisant que sur la virtuosité. L’exposition n’est pas un point final : c’est un bilan d’étape, avant de repartir pour des collaborations toujours plus fructueuses entre pays, cultures, artistes et artisans.

Japon – Japonismes – Objets inspirés 1867-2018
Du 15 novembre 2018 au 3 mars 2019
Musée des Arts Décoratifs – Paris

Visuels : 1-Utagawa Hiroshige, Le temple de Kinryuzan à Asakusa, Série des Cent vues célèbres d’Edo – Estampe, Japon, 1856 – Musée des Arts Décoratifs © MAD Paris /photo Jean Tholance / 2 – Charlotte Perriand, Chaise longue basculante, Japon, 1940 – Musée des Arts Décoratifs © MAD Paris /Jean Tholance, Adagp, Paris, 2018 / 3-Gosho-ningyo(poupée), Japon, ère Meiji, seconde moitié du XIXe, Musée des Arts Décoratifs © MAD, Paris /Jean Tholance / 4- Ikko Tanaka – Issey Miyake, série no 1, Nihon buyo, Printemps / Été 2016 © Issey Miyake INC. /photo Francis Giacobetti / 5- Machi Shunso, Les blanches nuées voguent sans fin (vers chinois), Paravent à deux feuilles, Japon, 1981 – Musée des Arts Décoratifs © MAD, Paris /Jean Tholance

LA SÉLECTION POP-ROCK-INDÉ-ELECTRO-RAP de Novembre
Adama, exposition de Dani Karavan : une œuvre entre sculpture, architecture et paysage
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *