Expos

Histoire du beau selon Jerry Schatzberg

Histoire du beau selon Jerry Schatzberg

02 juin 2019 | PAR Laetitia Larralde

Le domaine de Chamarande accueille Jerry Schatzberg cet été dans les salons de son château du XVIIème siècle pour une rétrospective photographique très moderne.

A 91 ans, Jerry Schatzberg est toujours en activité. Photographe puis réalisateur et scénariste, il endosse au Domaine de Chamarande le rôle de scénographe. L’exposition est exclusivement consacrée à son travail de photographe, même si des références à ses films apparaissent de-ci de-là.
Il a monté son exposition comme il aurait monté un de ses films. Sans faire de distinction d’époque ou de style, il juxtapose les clichés pour raconter une nouvelle histoire en plusieurs séquences : les portraits de célébrités, le mouvement, la rue, la musique, le nu. La bande-son de ce film immobile est constituée de l’album Kind of blue de Miles Davis, diffusé dans toutes les salles comme ça l’était dans son studio.

Si la musique tient une place importante dans l’œuvre de Jerry Schatzberg, les musiciens font partie de ses modèles de prédilection. Les Rolling Stones, Frank Zappa, Aretha Franklin, Sonny and Cher et surtout Bob Dylan, il a tiré le portrait des plus grands artistes de son époque, constituant ainsi une sorte de mémoire visuelle de la scène musicale.
Ses portraits reflètent toujours une grande humanité. Il cherche à montrer la nature profonde de son modèle, quelle que soit l’image que celui-ci voulait montrer, tout en faisant preuve de respect. Pour toucher à l’essentiel d’une personne, le contexte devient alors superflu, et les plus beaux portraits capturent des instants fugitifs, intemporels, où l’on se retrouve face à un être humain dans sa simplicité et sa fragilité.
Les célébrités ne s’y sont pas trompées, de Catherine Deneuve à Faye Dunaway, en passant par le Duc de Windsor ou Fidel Castro. On ressent le besoin de l’artiste de montrer les choses et les gens tels qu’il les perçoit, sans idéalisation, juste une beauté naturelle et optimiste.

Reconnu pour son travail en tant que photographe de mode, il a collaboré avec de nombreux magazines comme Vogue, Newsweek ou Glamour. Dans une démarche précurseuse, Il a fait sortir le mannequin du studio photo et a rapproché le milieu élitiste de la mode et celui de la rue, pour un résultat mettant les deux en valeur. Cette confrontation entre mise en scène très soignée et irruption de l’imprévu est ce qui caractérise le travail du photographe. Une dame qui demande son chemin aux modèles en train de poser, un chat qui s’incruste dans la séance photo, un instant de lassitude : il sait saisir l’élément perturbateur, qui insuffle le moment de vie, de réalité, dans une fiction très maîtrisée.

Jerry Schatzberg a grandi dans le Bronx, et c’est en hommage à ce quartier qu’il a titré sa rétrospective Off Grand Concourse. Utopie d’un ingénieur français de la fin du XIXème siècle, le boulevard Grand Concourse se voulait une réplique des Champs-Elysées. Le projet n’a pas atteint son but, mais l’artère est devenue un repère important dans la vie des habitants du quartier. Immigrants de toutes origines et artistes sans le sou cohabitaient et rivalisaient d’ingéniosité pour parvenir à s’intégrer et réussir à New York. Lieu de créativité, de mélange social, où la prise de risques était possible, Grand Concourse est à l’origine de la vision particulière de Jerry Schatzberg, qui ici rend hommage à ses origines.

Le lieu d’exposition ayant beaucoup de contraintes d’accrochage liées à son caractère exceptionnel, une grande partie des photographies est montrée sous forme d’un diaporama regroupant des scènes de rue, voyages, paysages, portraits pour une composition hypnotique et attendrissante, laissant l’envie d’en voir plus.

Les photographies de Jerry Schatzberg nous plongent dans un monde à part d’images hors du temps, de beauté et d’humanité. Une parenthèse à s’offrir tout l’été.

 

Jerry Schatzberg – Off Grand Concourse
Du 27 mai au 1er septembre 2019
Domaine départemental de Chamarande

Visuels : 1- affiche de l’exposition / 2- Wall Street, 1958 ©Jerry Schatzberg / 3- Bob Dylan – Smoke 196, Tirage argentique 149 x 122 cm ©Jerry Schatzberg / 4- Footsteps in the Snow, New-York, 1973 ©Jerry Schatzberg / 5- Chicken,1964 ©Jerry Schatzberg

EFFROYABLES RECITS, MACHINE IMPITOYABLE : LE GRAND CAHIER PAR ULRICH RASCHE
Gagnez 3×2 places pour le concert n°5 du Festival de Saintes
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *