Arts
Exposition « Tout un film ! » : croisement entre dessin et cinéma au Drawing Lab

Exposition « Tout un film ! » : croisement entre dessin et cinéma au Drawing Lab

16 janvier 2021 | PAR quentin didier

La galerie d’art s’associe à la Cinémathèque française pour cette nouvelle exposition où le septième art et les arts graphiques s’entremêlent.

C’est presque un miracle d’enfin découvrir cette exposition, déprogrammée deux fois à cause de la crise sanitaire. C’est normalement en mars dernier que devait être inaugurée Tout un film ! avant d’être repoussée au mois d’octobre. Après une seconde annulation à la dernière minute, le Drawing Lab force finalement le cours des choses, et ouvre l’exposition pour ce samedi 16 janvier.

C’est un véritable croisement qui est proposé à la galerie d’art parisienne. Drawing Lab s’associe avec la Cinémathèque Française pour questionner l’influence réciproque entre le cinéma et le dessin. Comment caméra et crayon peuvent s’inspirer et s’interchanger ? Tout un film ! laisse œuvres et artistes témoigner. L’exposition inclut un précieux fond d’archives en provenance de la Cinémathèque, associé à des réalisations d’artistes. Un mélange aussi judicieux qu’audacieux.

Des archives exclusives et exceptionnelles

La présence du dessin et des arts graphiques au sein du domaine cinématographique n’est pas nouvelle. Le cinéma se veut en premier lieu comme une animation de l’instantané. Le film d’animation présente le mieux cette association entre dessin et septième art. L’exposition Tout un film ! nous fait découvrir des archives uniques de Paul Grimault, immense cinéaste français qui donna ses premières lettres de noblesse à l’animation. Les trois précieux et fragiles celluloïds témoignent d’un rapport direct du septième art avec la bande-dessinée. Un rapport constatable avec le principe de story-board. C’est une étape de production d’un film imaginée en premier par le cinéma hollywoodien, où certaines séquences sont dessinées à la manière d’une BD. L’idée est d’obtenir une vision précise de la démarche artistique du réalisateur, et d’ensuite penser le métrage d’un point de vue technique et pratique. Tout un film ! met à disposition des story-boards réalisés par Alex Tavoularis pour Le Parrain II. Des pièces uniques issues des archives de la Cinémathèque française, et qui permettent de se plonger dans la conception du chef d’œuvre de Francis Ford Coppola.

Et c’est ce qui va intéresser les plus cinéphiles, cette idée de marcher sur les traces d’une œuvre par le biais du dessin. La Cinémathèque met également à disposition des pièce réalisées par Akira Kurosawa pour Les Sept Samouraïs (1954). Le cinéaste compose crayon en main, l’esthétique et les costumes pour son film. L’art graphique est évidemment inerrant à l’univers d’un réalisateur de cinéma. Pour exemple Tout un film ! présente des œuvres plastiques du fantasque Alejandro Jodorowski, un moyen de découvrir de nouvelles facettes du réalisateur de La montagne sacrée.

Le cinéma comme source d’inspiration inépuisable

Pour cette exposition, Drawing Lab fait également appel à de jeunes artistes qui proposent leurs créations inspirées du septième art. C’est avec un certain amusement que Camille Lavaud reprend les codes visuels et esthétiques du cinéma dans son travail. La plasticienne créée des story-boards fictifs, de fausses affiches de films, et tout autant de dessins ancrés dans l’univers du cinéma avec un c majuscule. Idem pour Antoine Marquis qui s’est nourri d’une véritable inspiration cinématographique après avoir consulté des archives à la Cinémathèque Française. En résulte des œuvres de storytelling avec un clair-obscur rappelant les grandes heures de l’expressionisme allemand.

Mathieu Dufois a puisé son inspiration dans l’imaginaire d’un film qui ne s’est jamais fait, La fleur de l’âge de Marcel Carné. Partant d’un dessin du décorateur Alexandre Trauner, il réalise « Maquette » une pièce semblable à un storyboard oublié. L’imagination est aussi présente dans le travail d’Elsa Werth où le minimalisme aborde la conception même d’une œuvre dans les deux domaines en question dans l’exposition.

Inspiration, imagination, transposition sont donc au programme de cette exposition au Drawing Lab. Tout un film met en exergue passé et présent, dessin et cinéma. Pour en savoir plus, Drawing Lab Paris mettra en ligne tous les mois un entretien filmé avec artistes et professionnels.

Tout un film ! du 16 janvier au 25 février 2021 au Drawing Lab.

 

« La ronde » : La playlist chorégraphique de Boris Charmatz au Grand Palais
Operact à Eygalières, une résidence artistique au cœur d’un village par temps de covid
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture