Galerie
Orta Drawing Lab, du dessin comme cheminement de la pensée

Orta Drawing Lab, du dessin comme cheminement de la pensée

22 octobre 2020 | PAR Pauline Lisowski

Pour la première fois, le duo et couple d’artistes Lucy et Jorge Orta dévoile leur ensemble de dessins et croquis préparatoires à leurs projets d’installations. Cela se passe au Drawing Lab au 17 rue de Richelieu, jusqu’au 20 octobre. 

Habitués à proposer des œuvres participatives et impliquant les visiteurs à être acteurs d’une conscience écologique, ici ils proposent une exposition accompagnée d’ateliers. Une certaine utopie et un désir de changer le monde émergent au travers de leurs œuvres. Les différents univers qui composent leur recherches et protocoles artistiques sont mis en scène par de nombreux dessins de différents formats et techniques du « croquis-esquisses » jusqu’aux « dessins œuvres » en passant par le dessin au trait. Ils rendent compte de la maîtrise de la ligne, de leur logique de construction, de modes d’emploi et des observations faites durant leurs expéditions.

Leurs pensées se nourrissent d’une accumulation de dessins à la ligne fluide, précise, bien souvent en noir et blanc. D’autres en couleurs témoignent de leur attachement aux tissus et textures qui fondent les architectures, vêtements et machines qu’ils inventent. L’exposition est conçue à partir des différents domaines qui relient l’homme à nature et aux autres éléments qui habitent des milieux encore peu urbanisés. Les Orta développent des projets qui impliquent les participants à prendre conscience de l’environnement et des changements qui subit la planète. Nous sommes invités à nous engager comme citoyens et acteurs d’un équilibre entre les êtres vivants à préserver.

La symbolique du secours est au cœur de la démarche artistiques de ce duo engagé envers de nouvelles manières de préserver la biodiversité, les ressources naturelles ainsi que d’affirmer une plus grande solidarité entre les vivants.
Dans la première salle sont réunis des dessins consacrés à leurs projets qui tendent de créer de nouveaux liens entre les hommes par le biais de vêtements et de structures à porter sur soi. Lucy et Jorge Orta conçoivent d’innovantes manières d’habiter, d’être ensemble et d’affirmer sa citoyenneté.
Leurs expéditions en Antarctique et en Amazonie les amènent à dresser des inventaires de faune et de flore. Reculés et à la spécificité climatique, morphologique et écologique qui contraste avec la nôtre, ces milieux constituent pour eux l’occasion de recueillir par le dessin les éléments naturels qui les habitent. Ils travaillent à la manière de botanistes, d’écologues, d’architectes et tentent de récolter un maximum d’espèces par le dessin pour élaborer un nouveau monde quasi utopique qu’ils nous proposent d’activer.

En parallèle de leurs dessins, ils montrent des toiles qu’ils ont récemment recouvertes de peintures tel un geste politique. Ces peintures montrent des situations possibles à venir où nous transportons les graines, végétaux et autres ressources avec nous comme un moyen de les secourir et de vivre autrement avec le vivant. La dernière salle est consacrée à l’enjeu de la nourriture, de la sauvegarde des graines et l’invention de nouvelles manières d’utiliser l’eau. On y découvre leur projet autour du repas, des dessins d’une collection de graines et leur protocole de gestion de l’eau, une machine qui a déjà était installée lors de différentes expositions.Le dessin pratiqué à quatre mains et permettant le développement des idées est ici mis en lumière. Cette pratique artistique est pour les Orta une manière de faire émerger des idées et de proposer des solutions pour la préservation de la biodiversité.

Cette exposition se découvre comme un laboratoire de recherches qui nous ouvre les portes de leurs univers aux multiples ramifications, qui suscitent de nouvelles manières de vivre et de coopérer ensemble. Les artistes ont comme transposé leur atelier au Drawing Lab et donnent à voir une œuvre foisonnante de modes de construction, d’attention au monde et d’inventions de procédés pour une vie dans notre monde qui se métamorphose au fur et à mesure du réchauffement climatique. Leurs préoccupations se découvrent comme s’ils avaient déployé un état des lieux de leurs recherches, voyages et expériences.

visuels : Courtesy des artistes

Infos pratiques

Agenda des vernissages de la semaine du 22 octobre
Sarah Lancman : une voix en or fait vibrer le Bal Blomet
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *