Jazz
Sarah Lancman : une voix en or fait vibrer le Bal Blomet

Sarah Lancman : une voix en or fait vibrer le Bal Blomet

23 octobre 2020 | PAR Geraldine Elbaz

Sarah Lancman, l’une des plus belles voix du jazz français, nous présentait vendredi soir avec ses formidables musiciens son dernier album intitulé Parisienne, en direct du Bal Blomet. Envoûtement garanti.

On l’attendait depuis mars ce concert ! Sept mois plus tard, on se régale enfin !

Charismatique à la scène 

Vêtue d’un tailleur de velours bordeaux, coiffée d’un soyeux carré long couleur de jais et portant un rouge éclatant sur les lèvres, Sarah Lancman fait son entrée devant un public heureux de la retrouver et de découvrir, enfin, son dernier album en live.

Après Intermezzo, hommage manifestement italien, Parisienne est une déclaration d’amour à sa ville de cœur, avec de jolies compositions et deux reprises magnifiques de Piaf (Hymne à l’amour) et d’Aznavour (Parce que).

Portée par une belle équipe de musiciens chevronnés, plus talentueux les uns que les autres, Sarah Lancman appose sur les notes jazzy qu’elle compose, sa voix suave et veloutée. Nous enveloppant d’une musique réconfortante, soyeuse et élégante, elle dose brillamment émois passionnés, vertige amoureux et nostalgie crépusculaire.

Ses mélodies poétiques sont un enchantement qui résonne avec mélancolie et romantisme :
« Prends-le à bras le cœur / Ce silence trop lourd / Et si tu vaincs ta peur / Je t’aimerai toujours. »

Un Parcours brillant

La chanteuse de 31 ans a un parcours sans faute à son actif : piano classique à 7 ans, jazz à 15 ans, un premier prix de Jazz vocal, remis par Quincy Jones en 2012 et 5 albums avec les meilleurs musiciens dont son inséparable pianiste Giovanni Mirabassi, avec qui elle a créé le label Jazz Eleven. Thomas Bramerie à la contrebasse et Stéphane Huchard à la batterie complètent ce quartet de choix, vite rejoint par les invités Pierrick Pedron au saxophone et Marc Berthoumieux à l’accordéon.

Les morceaux sont chantés en français et en anglais : Et ainsi va la vie, I love you more than I can sing, Tokyo Song, cette dernière composée avec le titre en acrostiche dans le texte. The Moon and I, titre inspiré d’une nuit d’insomnie de pleine lune ou encore Ton silence, la seule chanson pour laquelle le texte précédait la musique lors de sa création.

Un sublime album à écouter en boucle en attendant les prochains concerts !

Sarah Lancman – Album Parisienne, avec Giovanni Mirabassi (piano), Thomas Bramerie (contrebasse), Stéphane Huchard (batterie), Pierrick Pedron (saxophone alto), Marc Berthoumieux (accordéon), Au Bal Blomet, le 16 octobre 2020

visuel : Photo officielle (c) Hubert Caldaguès

Orta Drawing Lab, du dessin comme cheminement de la pensée
Emeline Bayart à la manœuvre pour un Feydeau drolatique et chantant.
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *