Expos

Exposition Calder-Picasso : Une belle rencontre au musée Picasso de Paris

Exposition Calder-Picasso : Une belle rencontre au musée Picasso de Paris

03 avril 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

Le musée Picasso, 5 rue de Thorigny à Paris accueille l’exposition « Calder Picasso » du 19 février au 25 Août 2019. L’événement est également organisé par la Calder Foundation, New York et par la Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte. Après le 25 Août elle se tiendra au musée Picasso de Malaga qui co-produit cette exposition, riche de 120 œuvres.

Alexandre Calder est l’invité de Picasso. Les deux hommes se sont rencontrés plusieurs fois de leur vivant et à l’exposition universelle de 1937 le tableau « Guernica » de Picasso dialoguait déjà avec la Fontaine de mercure de Calder. Alexandre Calder (1898-1976) est né dans une famille d’artistes, son père et son grand père étaient sculpteurs. Après une formation d’ingénieur, il se consacre à l’art dès 1923. Il arrive à Paris en 1926 et crée les personnages en fil de fer et en chiffons du cirque Calder. Il se consacre ensuite à des sculptures plus abstraites et ses premiers mobiles sont exposés en 1926. Les deux artistes ont approfondis les concepts d’espace, de vide et de mouvement des masses. Picasso l’a abordé dans une recherche de plénitude et d’intimité , il est resté « terrien » mais il a déformé et contorsionné les masses et les volumes. Calder a une vision plus intellectuelle de l’espace et du vide : il y recherche des forces invisibles, au delà de la nature, qu’il appelle « la grandeur immense ». Mobilité, équilibre et légèreté caractérisent ses œuvres. Il travaille en apesanteur inaugurant l’art cinétique. Cette exposition est donc un dialogue et une confrontation entre les œuvres des deux artistes.
Dans ce face à face les mobiles de Calder paraissent flotter au dessus des sculptures de Picasso. Le musée Picasso offre à cette exposition un magnifique écrin. Situé dans un hôtel particulier baroque du Marais, il a été restauré et rénové entre 2011 et 2014. Les salles sont spacieuses et lumineuses mettant parfaitement en valeur les œuvres exposées et rendant la visite très agréable.

Le dialogue entre le vide et le plein est présent dès la première salle. Dans son tableau l’Acrobate , Picasso impose des contorsions et une contrainte corporelle maximales. A coté le lanceur de poids de Calder n’est que pur mouvement. Le contraste est saisissant et on le retrouve dans les deux sculptures de la salle suivante. Dans sa sculpture sur bois « Requin et Baleine Calder est influencé par les surréalistes. Cette œuvre est sobre, harmonieuse et dynamique. Le portrait de femme de Picasso dégage une impression de masse compacte et de puissance. Après être passé devant les tableaux des ateliers de Calder et de Picasso le visiteur découvre les trois baigneurs de Picasso survolés par le magnifique mobile « Les Nénuphars rouges ». Cette association est une belle réussite esthétique aussi bien pour les formes que pour les couleurs, respectivement le noir et le rouge. Vient ensuite le « Taureau » de Picasso : c’est une série d’esquisses de plus en plus épurées. Les dessins se déconstruisent progressivement pour ne garder finalement qu’une forme vide. Picasso rêvait « d’une sculpture qui ne touche pas le sol » : Calder l’a réalisé avec sa sculpture « on one knee ». A coté, la plénitude s’affirme dans la sculpture de Picasso , « La femme enceinte ». L’exposition se termine avec la maquette de la « Grande vitesse », monumentale sculpture de Calder en acier rouge exposé à Grand Rapid dans le Michigan.

Cette exposition située dans un cadre somptueux , permet de redécouvrir deux des artistes les plus célèbres du Vingtième siècle et d’admirer les mobiles de Calder dans toute leur beauté légère, aérienne et presque irréelle.

 

visuels :

Affiche

Alexander Calder Four leaves and three petals 1939 Tôle, tiges et fils métalliques peints 205 x 174 x 135 cm Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris Dation, 1983 © 2019 Calder Foundation, New York / ADAGP, Paris

Pablo Picasso Nu couché Boisgeloup, 4 avril 1932 Huile sur toile 130 x 162 cm Musée national Picasso-Paris Dation, 1979 © RMN-Grand Palais / Adrien Didierjean © Succession Picasso 2019

Alexander Calder La Grande vitesse (1:5 maquette intermédiaire) 1969 Tôle, boulons et peinture 259 x 343 x 236,2 cm Calder Foundation, New York © 2019 Calder Foundation, New York / ADAGP, Paris

Infos pratiques

Les Rencontres d’Arles fêtent leurs 50 ans cet été
« Traits-d’union », mise en scène débutante à la Manufacture des Abbesses
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *