Expos

Avec motifs apparents au Centquatre Paris: 5 artistes à la conquête de l’audace

Avec motifs apparents au Centquatre Paris: 5 artistes à la conquête de l’audace

27 avril 2014 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 10 août, le Centquatre Paris propose une exposition collective autour d’artistes contemporains et d’œuvres aussi monumentales qu’ambitieuses.

C’est une exposition surprenante que propose actuellement le Centquatre dans le 19ème arrondissement de Paris. 5 artistes contemporains ont carte blanche pour investir l’établissement autour d’un point commun, la capacité à dompter l’espace et la surface avec des œuvres imposantes dans lesquelles la quête plastique se confronte à la réalité souvent dure des sujets traités, la guerre, la pauvreté ou la désindustrialisation, dans un tour du monde qui nous emmène en Chine, en Amérique du Sud ou bien encore en Afrique.

Xavier Juillot

Xavier Juillot, Dépression passagère © Marc Domage
Xavier Juillot, Dépression passagère © Marc Domage

C’est sans doute la première installation de l’exposition que vous verrez et pour cause. Le plasticien a recouvert le château d’eau d’une enveloppe de polyamide. Ce type d’installation, qui n’est pas sans rappeler le travail de Christo, a déjà permis à Juillot d’investir des sites classés au patrimoine mondial de l’Architecture et de travailler à l’étranger (notamment en Russie) avec cet incroyable paradoxe. Juillot donne le sentiment de protéger ces lieux préservés et intouchables alors qu’il les cache et les réinvente pour leur donner une nouvelle fonction dans le temps et dans l’espace.

Pascale Marthine Tayou

Pascale Marthine Tayou, Empty Gift © Marc Domage
Pascale Marthine Tayou, Empty Gift © Marc Domage

Son projet est au carrefour de toutes les cultures et montre la relation ambigüe entre l’homme et la nature. Tayou recrée aussi, à travers l’éclectisme de son travail et de ses supports (installations, dessins, vidéos, objets et sculptures), une sorte de village mondial où les frontières disparaissent pour nous emmener du confort des sociétés occidentales aux angoisses de l’Afrique (Tayou est né au Cameroun) et de l’Amérique du Sud. Empty Gift est une énorme sphère couverte de paquets vides tandis que Favelas est une métaphore artistique et poétique qui porte un autre regard sur les quartiers pauvres du Brésil, les constructions rudimentaires étant représentées par des nichoirs.

Jérémy Gobé

Jérémy Gobé © Marc Domage
Jérémy Gobé © Marc Domage

Autre audace, les installations de Jérémy Gobé. Comme de nombreux artistes, le plasticien s’interroge sur les moyens de transformer des objets de notre quotidien en œuvres d’art. Avec de la laine, du tricot et des vêtements récupérés, le mobilier devient noble. Le visiteur y prête enfin une attention et leur confère de l’intérêt et de la curiosité.

Prune Nourry

Prune Nourry-Terracotta Daughters © Marc Domage
Prune Nourry, Terracotta Daughters © Marc Domage

C’est sans doute l’oeuvre la plus démesurée de l’exposition. Les Terracotta Daughters de l’artiste française de 29 ans occupent la halle principale. Cette armée grandeur nature de plus d’une centaine de soldats en terre cuite est directement inspirée de la célèbre armée de Xi’an en Chine, pays dans lequel Prune Nourry a passé un an pour confectionner cette œuvre impressionnante. Les Terracotta Daughters, allusion au déséquilibre démographique de l’Empire du Milieu, sont si réelles que l’on a l’impression d’entendre les bruits de bottes de cette armée de femmes fières et prêtes à marcher au rythme d’une musique militaire.

A noter qu’à partir du 5 juin, l’exposition Avec motifs apparents s’enrichit d’une autre œuvre, Vestiges d’Alice Mulliez, dans laquelle cette dernière utilise des tonnes de sucres cristal pour confectionner des sculptures et de cette manière esquisse un trait d’union parfait entre la société de consommation et l’art.

Christophe Dard

INFORMATIONS PRATIQUES
Avec motifs apparents
Jusqu’au 10 août
Le Centquatre
5 rue Curial 75019 Paris
Le mercredi, jeudi, samedi et dimanche de 14h à 19h
Du mardi au dimanche pendant les vacances scolaires de 14h à 19h
01 53 35 50 00
www.104.fr

« La nuit grecque » : une crise de la quarantaine réaliste, par Pierre Vens
Un état du ciel apocalyptique au Palais de Tokyo
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture.Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *