Expos
A Lille, Hélène Marcoz déplace les Beaux-Arts hors des murs

A Lille, Hélène Marcoz déplace les Beaux-Arts hors des murs

23 mai 2021 | PAR quentin didier

Le Palais des Beaux-Arts de Lille a pris l’habitude de convier un artiste contemporain pour une exposition exceptionnelle en ce lieu. C’est en cette année marquée par la crise sanitaire qu’Hélène Marcoz dévoile un travail d’exposition accompli sur deux ans. Un travail qui sort également des murs du musée, qu’importe si les portes ont dû demeurer closes.

Cette démarche de la direction du Palais des Beaux-Arts de Lille vise à rendre l’art encore plus accessible, et ce au plus grand nombre. Des artistes et leur univers sont invités à créer une exposition où l’art ancien entre en résonance avec le présent. Une manière de (re)découvrir sous un nouveau prisme des œuvres inestimables, et d’inviter de nouveaux spectateurs.

Un regard au plus proche de l’art

L’accessibilité du public avec les Beaux-Arts est, encore plus avec la récente et (trop) longue fermeture des lieux culturels, une question qui taraude le secteur. Comment faire rencontrer les concitoyens avec les œuvres de leur patrimoine ? Hélène Marcoz voit en la photographie une manière de créer une proximité physique et sensationnelle. L’artiste capture donc la contemplation même de l’art avec des clichés où un sujet admire une œuvre. Une expérience au plus près des pièces du musée, réalisée avec le savoir-faire si particulier d’Hélène Marcoz. En résulte des apparitions quasi-fantomatiques, figées dans un espace-temps autre, et en transcendance avec l’art.

Entre nature morte et photographie

Hélène Marcoz n’est définitivement pas une photographe comme les autres. Ses clichés entrent aisément en résonnance avec les collections du Palais des Beaux-Arts de Lille. En témoigne sa série Still Alive réalisée en 2010. D’intrigantes natures mortes réalisées avec la superposition de plusieurs négatifs. On voit ces plantes évoluer dans le temps, dans un style pictural fascinant. Sa série monomaniaque Au vent, donne à des drapeaux un aspect quasi-surréaliste. L’artiste floute avec talent les contours des arts et des mouvements, donnant à la photographie une perspective calibrée parfaitement pour ce musée. C’est également une porte d’entrée en ce lieu. En effet, les œuvres d’Hélène Marcoz s’exposent à l’extérieur du Palais des Beaux-Arts, une manière d’inviter le public en ces temps de réouverture des lieux culturels.

L’exposition Le regard d’Hélène est à retrouver au Palais des Beaux-Arts de Lille, sur les grilles de celui-ci, et aux Halles de Wazemmes, dès à présent et jusqu’au 12 septembre 2021.

Visuels : ©Hélène Marcoz

« Hamnet » de Maggie O’Farrell, la petite histoire shakespearienne
Éric Reinhardt et Maud Geffray, lecture electrique à la Maison de la Poesie
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture