Arts
Beauté animale au Grand Palais

Beauté animale au Grand Palais

20 mars 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Alors que le printemps et la nature se réveillent et recommencent à s’épanouir, rien de tel que de se pencher sur la beauté du règne animal, source de fascination pour l’homme depuis que le monde est monde. Cette très grande exposition nous en donne un aperçu aussi large et varié que possible au travers de l’Art. Ce qu’il y a d’harmonieux, de noble, d’aimable, de charmant chez les bêtes est ici offert à nos yeux et vient nous séduire avec des œuvres des plus grands artistes non seulement animaliers mais artistes tout court. C’est une belle surprise par exemple que de découvrir un Vincent Van Gogh peu connu: La chauve-souris au premier étage ou encore de pouvoir admirer les fantastiques séries de photographies d’Edward Muybridge montrant un cheval au galop et un chat courant il y a de cela…un siècle et demi.

Le règne animal n’a jamais tant fasciné que de nos jours alors que beaucoup d’espèces sont éteintes et de nombreuses autres en voie d’extinction. L’art animalier nous sensibilise parfaitement à cette cause. Dans une très belle scénographie, sur fond vert herbe apaisant, nous plongeons dans une jungle de portraits animaliers où tous les styles, artistes et courants sont rendus de l’ancien au moderne. Nous avons une prédilection particulière pour les œuvres du peintre Géricault dont plusieurs sont présentées ici dont trois très beaux portraits de chevaux. Ce dernier représente les animaux avec réalisme, il sait saisir leurs expressions au plus juste sans chercher à les humaniser, il sait les rendre au plus juste de ce qu’ils sont, toutes ses toiles sont sublimes. Dans la première salle, une très belle toile accroche tout de suite notre œil L’âne et le loup de Michelangelo Cerquozzi qui illustre une fable pleine de sagesse d’Esope. Le bleu du ciel qui rejoint celui de la mer, la finesse des expressions des personnages, la sagesse de l’âne, animal souvent injustement dénigré nous frappe. La sagesse des animaux que reflète cette exposition nous fait réfléchir sur la folie de l’homme. Nous admirons également tout particulièrement les splendides sculptures de Pompon dont son majestueux ours blanc qui a si longtemps figuré dans le hall du musée d’Orsay. De la première visite que j’ai fait toute jeune du musée d’Orsay, je n’ai gardé en mémoire qu’une œuvre: cet ours, c’est dire comme les animaux de Pompon avec leurs douces lignes épurées frappent l’imagination. Rarement une si grande exposition a été aussi adaptée pour faire aimer l’art aux enfants et leur faire découvrir les animaux.Nous sommes les premiers surpris d’apprendre sur une œuvre de Ludger Tom Ring le Jeune l’existence de la génette, sorte d’étrange chat carnivore au pelage tigré et à la queue interminable. Une présentation pleine de surprises et de trésors, qui fait rire aussi quand on voit ce que Buffon pensait des chats par exemple et qui fera prendre conscience aux plus jeunes de la nécessité de protéger le règne animal.

Une très belle exposition pour les adultes comme pour les enfants, idéale pour leur faire comprendre les subtilités du règne animal avant de les emmener au cirque ou au zoo. De nos jours où la liberté est de plus en plus inexistante chez les animaux car l’homme a pris trop de place dans la nature, la part belle est rendue au Grand Palais aux animaux et à ceux qui ont su et savent les comprendre, les aimer et les respecter.

Sempé, Nicolas Canteloup, Nicolas Tabary, Laurent Vassilian en dédicace au Salon du Livre (18/03/2012)
Le van de Nirvana aux enchères
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *