Architecture

La biennale de Belleville et ses contemporains

26 août 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Situé entre Ménilmontant et les Buttes-Chaumont, le quartier de Belleville se transforme petit à petit en Lower East Side version parisienne. L’art contemporain y prend place et c’est dans cette optique que la Biennale investit ses rues et ses bâtiments. Allant des traditionnelles expositions en intérieur à l’art de rue, cet évènement tente de relier la dimension géographique et sociologique du site aux différentes formes d’expression que comporte le panel artistique. Belleville se présente donc comme le nouveau pôle contemporain avec cette première édition qui s’étalera du 10 septembre au 23 octobre prochain.

Le premier objectif de cette Biennale est de réunir les habitants du quartier autour du même sujet : l’art et la réflexion qu’il entraine. Le but étant de pousser les locaux à la critique et l’appréhension du style contemporain. En utilisant des itinéraires nouveaux, les instigateurs de ce projet souhaitent pousser la population a redécouvrir son espace urbain sous une nouvelle facette mais aussi à pousser les résidents à s’écarter de leur route habituelle. Bien que le quartier général de l’exposition de situe autour du pavillon Carré de Baudoin, plusieurs établissements tels que la Maison des Métallos, le Café au Lit, Contexts, l’Ecole Prép’Art mais aussi de nombreuses galeries du quartier participent à la monstration.

Bien sûr, l’incontournable demeure le Pavillon Carré de Baudoin. Construit  au XVIIIème, rien que par sa date de création et le fait que celui-ci accueille les contemporains, le bâtiment symboliquement fait le pont entre l’ancien et le nouvel art. Sur 400m² seront donc installées une trentaine d’œuvres venues des quatre coins du monde prêtées par une quinzaine d’artistes tels que Dove Allouche, Camiller Henrot ou encore Hamish Fulton.

Profitant de la nuit blanche du 2 octobre, une double projection vidéo des artistes brésilien Caetano Dias et chinois Zhenchen Liu sera visible à la Maison des Métallos dans le cadre du plan « Fabula Rasa ». Le temps d’une nuit, l’ancienne manufacture transformée en salle culturelle depuis 2000 accueillera les deux artistes s’intéressant à l’urbanisme et ses conséquences directes sur le paysage.

L’interaction avec le quartier de Belleville sera plus sensible lorsqu’on sait que l’exposition prendra possession de certains espaces directement implantés dans la rue. De la simple peinture posée à même les murs aux concertations et réunions diverses, la Biennale offrira à tous ceux qui désirent y participer une nouvelle dimension à la réflexion sur les différentes formes de l’art. Dés le 9 octobre, la mission Street Painting s’étalera autour du métro Jourdain, l’art contemporain s’invite sur les surfaces de la ville. Le sculpteur Julien Berthier utilise et transforme les objets qu’ils trouvent sur les trottoirs tel que le mobilier pour en faire un assemblage complexe poussant le spectateur à réfléchir sur la fonction du mobilier et ses applications en fin de consommation.

Proposé par Abdellah Karroum, « Take a lift on the east side » est un projet consistant a faire redécouvrir par le biais de limousines le quartier et ses alentours poussant les voyageurs à s’interroger sur l’architecture, la population environnante et l’utilisation de telles voitures dans ce quartier. Hormis le fait que ces automobiles emmènent ses invités d’un point à un autre de l’expo, elle nous pousse à effectuer un raisonnement sociologique voir philosophique sur les paradoxes de Belleville.

Dans la soirée du 14 septembre, la biennale propose à tous de visionner en avant-première le long-métrage de Johan Grimonpez intitulé «Double Take » qui reprend des images d’archive de la guerre froide ainsi que du 11 septembre et dont la sortie est prévue le 22 septembre. Par ailleurs, le quartier accueille beaucoup d’autres manifestations tels que des conférences et des débats à l’Auditorium du Pavillon Carré de Baudoin, des expositions dans les galeries et caetera.

Plus d’infos sur le site de la mairie du 20ème ici.

Photo: Jean Moinon

Infos pratiques

Mogwai sort un Live
La liste des Oscars d’honneur avec Coppola et Godard
Tristan Karache-Prudent

One thought on “La biennale de Belleville et ses contemporains”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *