Arts

Derniers jours pour aider l’atelier des artistes en exil !

Derniers jours pour aider l’atelier des artistes en exil !

28 mars 2018 | PAR Charles Filhine-Trésarrieu

L’association, qui accompagne de nombreux artistes réfugiés en France, a besoin d’aide pour continuer à leur apporter le soutien dont ils ont besoin pour continuer à s’exprimer.

Lancé en 2017, l’atelier des artistes en exil (aa-e) s’est donné pour mission de repérer et d’aider les artistes étrangers qui ont trouvé refuge dans notre pays, sans distinction de discipline ou d’origine. Depuis sa création, cette structure unique en son genre a ainsi accompagné des dizaines de personnes, les soutenant entre autres dans leurs démarche administratives, les mettant en relation avec les réseaux professionnels de leurs secteurs, avec les établissement d’enseignement supérieur, et aussi en leur ouvrant les portes de son local à Paris (des salles mises à disposition par Emmaüs Solidarité et les propriétaires).

Aujourd’hui l’association suit plus de 150 artistes originaires d’une quinzaine de pays (comme le Soudan, l’Iran, la Côte d’Ivoire, la Syrie ou encore l’Afghanistan). Ces hommes et ces femmes sont dessinateurs, peintres, sculpteurs, scénographes, architectes, photographes, vidéastes, journalistes, compositeurs, chanteurs, musiciens, metteurs en scène, acteurs, danseurs ou encore écrivains, et ils ont tous besoin d’équipement pour pouvoir continuer à créer. Toutes les personnes qui sont accompagnées par l’aa-e ont fui des conditions de vie intolérables qui les ont poussées à quitter leurs terres d’origine. Dans ces conditions, elles ont bien souvent dû laisser leur matériel derrières elles.

Si depuis le premier jour la détermination des responsables de l’aa-e reste intacte, en revanche il devient difficile d’assumer les besoins en matériel de toutes ces personnes. C’est donc le but de la campagne de financement participatif qui prendra fin le 31 mars prochain. Tous les dons récoltés par l’aa-e seront remis aux artistes, que ce soit sous forme d’équipement (matériel d’informatique, de son, de vidéo, ou encore d’arts plastiques) ou d’apport financier afin de les aider à mener leurs projets à bien.

Pour les soutenir, c’est par ici :

https://fr.ulule.com/support-aa-e/

Visuel : © L’atelier des artistes en exil

Stéphane Audran, un festin sur 50 ans de cinéma
Le Vénézuela en deuil après la mort du fondateur d’El Sistema
Charles Filhine-Trésarrieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *